Flash
Préc Suiv

Face à la hausse des prix a la pompe : menace de grève des transporteurs

Face à la hausse des prix a la pompe : menace de grève des transporteurs

Face à la hausse régulière des prix à la pompe, les membres de l’Union des coopératives de transports urbain et suburbain (UCTU et UCTS) ont un choix entre deux options pour faire pression sur l’Etat : arrêt de travail ou augmentation du tarif à 700 ariary

Les transporteurs en commun reviennent à la charge. Les membres de l’UCTU, l’UCTS, camionneurs, taxis, transporteurs régionaux et nationaux ont tenu une réunion, hier, au siège de l’UCTU à Ambodivona. D’après eux, comme personne ne les écoute et ne prend en considération leur revendication, ils prévoient dans un premier temps d’augmenter le ticket du bus à 700 ariary.

Et si le dialogue avec les autorités n’aboutit pas, les transporteurs envisageront par la suite d’interrompre leurs activités, à partir de la semaine prochaine, plus précisément, une fois les épreuves du CEPE terminées. Récemment, l’Association des transporteurs d’Antananarivo (FMA) a déjà revu à la hausse son tarif (500 ariary).

D’après le président de l’UCTU, Lova Randrianatoandro, «ce tarif à 700 ariary a été décidé à l’unanimité par les membres lors de cette réunion». Et de poursuivre que «ce montant aurait dû être appliqué depuis que le prix du litre du gazole a dépassé la barre des 3.000 ariary. Et, ce seuil est largement dépassé aujourd’hui».

Les compensations non régularisées

Questionné sur les compensations que l’Etat doit aux transporteurs, face à la hausse continue des prix à la pompe, Lova Randrianatoandro a avancé que «sur les cinq mois de compensation réclamées par les transporteurs, l’Etat n’a régularisé que l’équivalent d’un mois».

Pour rappel, la dernière hausse des prix à la pompe a été appliquée au début de ce mois. Le litre du super carburant est désormais à 4.100 ariary, celui de l’essence à 3.450 ariary et le pétrole lampant à 2.530 ariary. Avec la flambée continue du prix du baril sur le marché international, il est prévisible que Madagascar connaisse d’autres hausses dans les prochains mois.

Riana R.

Les commentaires sont fermées.