Flash
Préc Suiv

Entre le rouge et le noir

Entre le rouge et le noir

Plus le temps passe plus on se lasse. Les premiers jours n’étaient pas terribles, voire même surprenants, mais à la longue, cela est devenu désagréable. Nous parlons ici des fameux véhicules d’utilité publique, plus connus sous l’appellation de « plaque rouge ».

Passant du noir discret au rouge flamboyant, le mystère a vite été élucidé. Le résultat est assez éblouissant car nombreux furent surpris de l’identité de certains véhicules. Et puis on entend dire ici et là avec un air soulagé que finalement,  telle ou telle personne n’est pas le propriétaire du véhicule en question. On reconnaît là une mentalité typiquement malgache.

Cependant, d’autres questions restent à élucider. Lesdites voitures à plaque rouge sont-elles destinées à usage public seulement ? Car si tel est le cas, on sait au moins que le service public n’a pas d’horaires ou de jours fixes vu que ces véhicules sont aperçus les week-ends et tard dans la soirée dans des endroits festifs.

A moins qu’ils soient également à usage personnel, dans ce cas, c’est une toute autre histoire. Le changement de couleur ne devrait pas suffire et le gouvernement devrait aller plus loin au risque de revoir ces plaques repeintes en noir plus tard.

En effet, le terme utilité publique laisse à songer. On y voit de toutes les sortes, les sportifs, les tunings, les petits plaisirs… C’est peut-être cela le partenariat public-privé qui jusqu’ici tend plutôt vers le privé que le public. Faire un choix est difficile, entre les deux, le cœur balance, disait une chanson. Mais que les plaques soient rouges ou noires, les dépenses restent toujours celles de l’Etat, financées par l’argent des contribuables.

T.N

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique