Flash
Préc Suiv

Aux frais de la princesse

Aux frais de la princesse

A quelques mois du Jour-J, la précampagne électorale bat son plein. Les candidats ont commencé depuis longtemps à sillonner les localités malgaches. Et ce n’est pas la déclaration de la Commission électorale nationale indépendante, signifiant qu’elle n’a pas encore donné son feu vert, qui empêchera ces visites et rencontres avec la population.

D’ailleurs, la Haute cour constitutionnelle a souligné qu’aucune loi ne défend la pratique d’une précampagne. Là où le bât blesse, ce sont les pratiques avec lesquelles ces précampagnes sont effectuées. Actuellement, on assiste à une réelle bataille de campagnes entre les candidats, officiels ou pas. Chaque candidat essaie de se démarquer en usant de ses propres moyens. Ce qui n’est malheureusement pas le cas de l’actuel président de la République, qui serait candidat à sa propre succession, sauf changement. Ce dernier a lui aussi commencé sa propre campagne. Ses apparitions en public se font de plus en plus fréquentes. Des inaugurations et des visites à la population par-ci, des cérémonies de présentation de la vision Fisandratana par-là.

Profitant de ces manifestations, le régime ne se gêne pas pour crier sur tous les toits que c’est le président actuel qui est à l’origine de ces achèvements. Quand bien même s’ils sont en totalité financés par les partenaires techniques et financiers. Aucune inauguration ne peut être effectuée sans l’aval de la Présidence. Et chaque réalisation doit porter la signature du chef de l’Etat. Des mesures qui freinent l’élan de certains bailleurs qui préfèrent annuler les cérémonies d’inauguration. Car, actuellement, rien n’est réalisé sans objectif. Les visites, les rencontres, les sorties du président. Tout est calculé minutieusement. Dans le seul objectif de redorer le blason de l’actuel régime.

NR

 

Les commentaires sont fermées.