Flash
Préc Suiv

Pourquoi se compliquer la vie ?

Pourquoi se compliquer la vie ?

Nos académiciens ont décidé de changer la manière de prononcer et d’écrire les chiffres. Ainsi, 10.000 ou «iray alina» devient «folo arivo», 100.000 ou «iray hetsy» devient «zato arivo». Désormais, 1.000.000 se traduit «Arivoanarivony » et non plus  «iray tapitrisa» comme avant. Jusqu’ici, l’idée ne fait pas l’unanimité. Les critiques fusent de partout, surtout sur les toiles. «Ça va être le bazar», affirment les uns. «Est-ce que cela aiderait à faire baisser le prix du kilo du riz ?», s’interrogent les autres, moins conciliants.

Les académiciens ont concocté ce projet de changement depuis des années mais il faut dire que le moment est mal choisi pour l’appliquer. Ils ont décidé de l’adopter au moment où le pays s’enlise dans la boue. Le monde de l’éducation se trouve dans une zone de turbulence. A la suite de la grève des enseignants, certains élèves des écoles publiques sont toujours en vacances forcées. Certains enseignants ne veulent par encore reprendre leurs cours. Côté économie, tous les voyants sont au rouge et la population ne mange plus à sa faim. La situation sécuritaire est inquiétante. Les enlèvements contre rançon deviennent le lot quotidien de la population, aussi bien en milieu rural que dans les campagnes. De plus, l’ambiance politique est morose. La question qui se pose est de savoir si les Malgaches sont du même avis que les académiciens. Comment inculquer aux gens cette nouvelle façon de compter pour qu’elle devienne une habitude ? Notre vie n’est-elle pas assez compliquée comme ça ?

Il ne faut pas oublier que durant la deuxième République, une génération a été sacrifiée à cause de l’échec de la malgachisation. Changer n’est pas foncièrement bon ou mauvais, mais pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?

Mparany

Les commentaires sont fermées.