Flash
Préc Suiv

Question de priorités

Question de priorités

«Nous renforcerons nos capacités de communication internationale, notre but étant de savoir raconter la Chine, c’est-à-dire de présenter d’une manière exhaustive une Chine réellement pluridimensionnelle, afin de contribuer au renforcement du soft power culturel de notre pays». Cette citation est du numéro un Chinois, Xi Jinping, lors du XIXe Congrès du Parti communiste chinois, en octobre 2017. Voilà qui résume bien l’ambition de ce grand pays dont le poids économique n’est plus à présenter.

La fabrique et la gestion de l’image sur la scène internationale, au moment où l’évolution des technologies de l’information s’accélèrent à une vitesse grand V, font désormais partie des priorités de l’Etat, que ce soit pour une grande puissance ou pas. Tout le monde a en effet compris la portée de l’ «American way of life» à travers les cinémas. Mais bon, nous n’en sommes pas encore là aujourd’hui. A titre d’illustration, aucun engouement n’a été observé à la suite de la présentation d’une chaîne spéciale sur les séries malgaches sur le câble. Certes, avec les moyens mis à leur disposition, notre cinéma n’est peut pas du tout rivaliser avec ceux des grosses pointures. Mais il n’en demeure pas moins qu’il est à l’image du pays même.

Mais malgré les ambitions affichées, les résultats restent limités. Il faut reconnaître que les priorités sont encore ailleurs. Il suffit de voir le budget annuel réservé au ministère de la Culture pour le comprendre. Une enveloppe dérisoire par rapport à ceux des autres départements ministériels disposant plus de voix d’électeurs. Pire, même au sein de ce ministère, le cinéma ne tient qu’une infime place, pas même dans l’organigramme car c’est un office spécialisé qui s’en occupe. Et il semble que cela ne risque pas de changer de sitôt et que l’image du pays se cantonne à des reportages véhiculés par des chaînes de  télévision internationales.

Rakoto

Les commentaires sont fermées.