Flash
Préc Suiv

Processus électoral : vers la démission de Rajaonarimampianina

Processus électoral : vers la démission de Rajaonarimampianina

La démission du chef de l’Etat serait-elle proche ? Le dernier délai est fixé au 7 septembre s’il se porte candidat à la présidentielle. Apparemment, à constater le départ de Rivo Rakotovao à la tête du HVM, également président du Sénat, ce serait le cas le moment venu. Dans ce sens, ce dernier assurera l’intérim du chef de l’Etat.

Même en pleine remue-ménage politique, à un moment donné, le HVM doit décider. Cette tendance à se défiler  alors que le temps d’engagement est maintenant compté, n’est plus de mise. A vrai dire, espérer un revirement de situation à propos d’un impossible report d’élections, relève à jamais d’un miracle. Le HFI ne fait pas le poids et sa position contre la tenue d’élections ne risque pas de faire des vagues.

Et d’ailleurs, là n’est plus la question. La présidentielle est inéluctable et approche à grand pas, obligeant tous les partis prétendants à se positionner déjà sur la ligne de départ.

Démissions d’abord

Sauf que pour le HVM, la candidature de Hery Rajaonarimampianina est conditionnée par sa démission en tant que chef de l’Etat et de laisser sa place au président du Senat, Rivo Rakotovao, selon l’article 46 alinéa 2 de la Constitution : «Le Président de la République en exercice qui se porte candidat à l’élection  présidentielle démissionne de son poste soixante jours avant la date

du scrutin. Dans ce cas, le Président du Sénat exerce les attributions présidentielles courantes jusqu’à l’investiture du nouveau Président». Et pour ce faire, Rivo Rakotovao doit rendre son tablier de président du HVM.

«Je tiens à annoncer ma démission de la présidence du HVM», a indiqué Rivo Rakotovao, également président du Sénat, hier à Anosy. Une démission au sein du parti qui ne se ressemble pas à celle de Paul Rabary. L’objectif est clair, préparer l’intérim du président de la République. Ainsi, la candidature de Hery Rajaonarimampianina se confirme de plus en plus. Les séries d’inaugurations  sous couvert de précampagne vont certainement continuer.

Où sont passés les autres ?

Alors que certains membres ont déjà quitté le navire, le HVM tente de naviguer à vue, sans réel atout. Le départ de certains membres du bureau du HVM a été remarqué hier. Egalement, l’absence de l’ancien chef du gouvernement Olivier Mahafaly Solonandrasana ou encore de l’ancien ministre d’Etat en charge des projets présidentiels, Narson Rafidimanana.

Rakoto

Les commentaires sont fermées.