Flash
Préc Suiv

Briser le carcan des vieilles pratiques

Briser le carcan des vieilles pratiques

Efficacité dans l’action et neutralité dans la politique. Deux principes sacrés et complémentaires, jamais ou presque enracinés dans l’état d’esprit des représentants de l’Etat depuis la deuxième République. «Neutre» n’a jamais fait partie du vocabulaire des chefs de régions, de districts, des préfets…des désignés pour des postes politiques, une fois assis sur leur fauteuil.

A Madagascar,  être nominé en haut lieu veut dire adhésion au parti au pouvoir et avec tout ce que cela implique. De simple adhérent au début, on est devenu une ferveur sympathisant avant de porter la casquette d’un militant, le défenseur du régime dans sa localité. Du coup, on est redevable envers le pouvoir, une condition sine qua non en contrepartie d’une nomination haut en couleur. Une forme de soumission qui a fait révolter Paul Rabary.

Un héritage politique d’un régime qui voulait battre un record de longévité au pouvoir sans pour autant être redevable envers la population, déjà asphyxiée par la pauvreté, l’insécurité… Une pratique devenue un modèle commun, non seulement transmis d’une République à une autre, mais également repris à bride abattue par les accros au pouvoir n’ayant qu’un objectif en tête, être tout près de la corne d’abondance et d’y rester le plus longtemps possible.

Dotés d’un pouvoir de décision, ces représentants de l’Etat, une fois politisés, sont des pions de taille sur l’échiquier électoral à venir. Et sans conteste, cet ego démesuré freine le développement du pays. Efficacité  pour des résultats palpables en faveur de la population n’a jamais été leur point fort. Car ces représentants de l’Etat sont là pour servir le pouvoir en quête d’un autre mandat controversé.

Le Premier ministre Christian Ntsay a averti les concernés. A l’approche des élections, la neutralité est le garant d’une élection transparente et crédible répondant à l’aspiration du peuple, et non à la volonté du pouvoir en place. La neutralité de façade est à bannir. Pour le chef du gouvernement, efficacité et neutralité vont de pair et serviront de baromètre de prestation des représentants de l’Etat.

JR.

Les commentaires sont fermées.