Flash
Préc Suiv

De Sambava à Ihosy: Rajoelina répond à ses détracteurs

De Sambava à Ihosy: Rajoelina répond à ses détracteurs

Le week-end de l’ancien président de la Transition a été très chargé. Du nord au sud, en passant par Sambava et Ihosy, le numéro un de l’IEM est allé à la rencontre de la population locale, avec comme principal objectif l’écoute et le dialogue.

C’est à Ihosy, hier, que l’ancien président de la Transition Andry Rajoelina a tenu à répondre à ses détracteurs qui, au lieu de disserter sur la politique, s’en sont pris à ses enfants par le biais de la presse. «J’ai déjà dirigé le pays durant quatre ans et ce n’est ni l’argent, ni le pouvoir qui me motivent mais l’intérêt du pays (…). Rien ne pourra m’empêcher de défendre mes compatriotes», a-t-il fait savoir durant son allocution. Et lui d’ajouter, «Certains affirment que j’exerce une pression sur ma famille pour qu’elle m’accompagne. C’est loin d’être le cas et ce n’est pas ce genre d’attaque qui m’arrêtera», en faisant allusion à l’article paru à la «une» d’une presse à la solde du régime, la veille.

Le numéro un de l’IEM s’est d’ailleurs montré intraitable sur ce point. «Je continuerai de défendre l’intérêt du pays (…). Rien ne pourra m’en empêcher. Car si vous touchez à mes enfants, c’est que vous touchez à mes compatriotes. Si je suis encore là aujourd’hui, c’est que je suis prêt à tout. Nous allons nous entraider pour développer ce pays.  Je ne faillirai pas à cette mission», a-t-il ajouté à l’endroit d’une population visiblement acquise à la cause IEM.

Insécurité

La localité d’Ihosy fait en effet partie des villes qui ont toujours soutenu l’ancien homme fort de la Transition. C’est le cas durant la présidentielle de 2013 où le candidat soutenu par le Mapar avait obtenu plus de 73% des voix. «Maintenant, ce sera à vous de vous présenter et vous serez élu à plus de 80% de voix, nous en sommes certains», a d’ailleurs déclaré le député de la localité lors de sa prise de parole.

La localité d’Ihosy fait partie des zones rouges en matière d’insécurité, ce qui n’était pas le cas durant la Transition car l’homme fort du pays avait tout fait pour maîtriser la situation. La présence du sénateur Lylison sur les lieux avait été d’ ailleurs accueillie avec enthousiasme par la population locale. Le numéro un de l’IEM a rappelé que la Transition avaient pu acquérir trois hélicoptères pour lutter contre les dahalo et une quarantaine de 4×4 tout terrain. Ce qui n’est plus le cas actuellement. Il a d’ailleurs promis de mettre davantage de moyens le moment venu. «Si nous maîtrisons notre richesse, nous n’avons plus besoin de quémander pour développer ce pays. Avec l’IEM, nous allons lutter contre l‘insécurité et développer le pays», a-t-il ajouté.

Et comme à Sambava, la veille, il a aussi touché mot à la jeunesse locale. L’ancien président de la Transition a soutenu qu’il faut des jeunes ambitieux, patriotes et prêts à servir ses compatriotes dans le contexte actuel.

Rakoto

Les commentaires sont fermées.