Flash
Préc Suiv

Hors sujet

Hors sujet

C’est un moment qu’on attendait déjà depuis longtemps. Le changement par la voie des urnes aux dates convenues. Et rien d’autre qui pourrait remettre en cause cette perspective partagée et réclamée par une population au bout du rouleau et la classe politique manifestant sa volonté de redresser la barre. D’ailleurs, le processus est enfin bien enclenché avec le soutien à fond de la communauté internationale.

Il faut se rendre à l’évidence et se résigner à accepter qu’après un mandat teinté de controverse politique du régime HVM, à maintes reprises la cible de tous les critiques, quitte à être durement  ébranlé, l’alternance démocratique est maintenant inéluctable.

Reporter les élections dans l’état actuel des choses parce que Madagascar a besoin d’une soi-disant refondation est une foutaise. C’est un autre leurre politique ayant un but précis qui n’est plus un secret de polichinelle, celui de berner à nouveau la populace. Tout le monde n’est pas né de la dernière pluie pour ne pas comprendre où veut-on en venir. C’est un trompe-l’œil.

Comment peut-on prétendre apporter une refondation totale dans le pays et avec succès, alors que durant quatre années, on n’est même pas capable d’en finir avec la réconciliation nationale ?  A aucun moment, personne n’a osé avancer que tant que les protagonistes politiques n’ont pas fumé officiellement le calumet de la paix, la présidentielle ne devait pas avoir lieu.

Au contraire, cela n’a pas empêché les politiques de se mettre d’accord sur la tenue d’élections inclusives qui reflètent déjà, quoi qu’on dise, une refondation politique. Le chemin le plus court pour tirer un trait à cette crise à tous les niveaux et de prendre un nouveau départ est de se rendre aux urnes le 7 novembre pour le compte du premier tour.

JR.

Les commentaires sont fermées.