Flash
Préc Suiv

A qui la faute ?

A qui la faute ?

La série noire se poursuit. Quelques semaines seulement après les trois cas d’accident, survenus respectivement à Andranomena, district d’Arivonimamo, à Andriba, Maevatanana et dernièrement à Ambohimahasoa, la commune de Bezaha a, elle aussi, été le théâtre d’un accident mortel. Malheureusement, la situation n’est pas prête de s’améliorer. Il n’y a pas une seule journée qui passe sans que les journaux ne rapportent des cas d’accidents mortels.

Selon une source sécuritaire, les accidents de la route ont fait plus de morts que les attaques des bandits, en 2017. Les rapports des quotidiens de la capitale de ces derniers jours ne donnent que des indications approximatives de l’ampleur du problème sachant que plusieurs autres cas n’ont pas été signalés.

A qui la faute ? Aux conducteurs ? Aux propriétaires de véhicules ? Aux passagers ? Aux piétons ? Il est trop facile de désigner un coupable et de jeter le blâme sur lui. « Chacun de nous est responsable de tout devant tous », disait Fiodor Dostoïevski. Il faut cependant reconnaître que, dans la plupart des cas, le laisser-aller, l’imprudence, l’inconscience et la gabegie sans limite qui ont pris racine petit à petit dans la société, sont à l’origine de ces drames.

Le constat fait froid dans le dos. Aussi bien en ville qu’en milieu rural, des cercueils ambulants conduits par des chauffards circulent impunément sur nos

routes en piteux état. Il n’est pas étonnant si un accident survienne. Si des mesures ne sont pas prises aujourd’hui, d’autres victimes innocentes mourront demain.

Mparany

Les commentaires sont fermées.