Flash
Préc Suiv

Presidentielle: les défenseurs des élections haussent le ton

Presidentielle: les défenseurs des élections  haussent le ton

Un rassemblement des citoyens défenseurs du scrutin du 7 novembre est en train de se constituer. Les élections doivent se tenir pour respecter la volonté du peuple.

Alors que la date des élections s’approche, des groupuscules tentent encore de jouer les trouble-fête et de faire en sorte que les élections ne puissent pas se tenir cette année.

Hier à Antsakaviro, en guise de réplique et de contre offensive, plusieurs personnalités ont rencontré la presse afin de militer et défendre la légitimité des scrutins à venir. Et pour ce faire, une plateforme pour la défense de la charte républicaine sera mise en place prochainement avec pour objectif de défendre et de soutenir

l’organisation d’élections le moment venu.

« Il ne reste plus que dix jours avant l’ouverture du dépôt de candidature. Que tout le monde se présente avec leur projet de société », a déclaré hier Maharavo Ratolojanahary dit « Doudou », un des partisans du processus électoral.

Et lui de poursuivre, « nous lançons un appel au Premier ministre afin qu’il puisse prendre les dispositions nécessaires pour réaliser ces élections ». A rappeler que dès sa prise

de fonction, Christian Ntsay a déjà indiqué que la tenue des élections sera  la priorité de son équipe.

Processus irréversible

Le processus électoral semble irréversible, avec la sortie des principaux textes relatifs aux élections, ainsi que les dates y afférentes. Mais, ces temps-ci, des groupuscules politiques avancent encore d’autres prétextes pour ne pas affronter le verdict des urnes.

C’est le cas par exemple des acteurs politiques réunis au sein du « Hetsika Fanorenana Ifotony » (HFI), composés essentiellement d’anciens parlementaires de la Transition, qui militent pour la refondation nationale. Une initiative qui passe pourtant mal auprès de l’opinion. Et pour cause, elle implique la mise en place d’une nouvelle Transition.

Les ténors des acteurs politiques militant pour la tenue des élections ont d’ailleurs fait savoir que cette démarche est douteuse car elle ne sert pas du tout l’intérêt de la majorité. « L’idée d’une refondation n’est pas mauvaise en soi mais encore faut il prendre le temps nécessaire pour la réaliser. En attendant, que faire ? Une nouvelle Transition ? » s’est interrogé Maharavo Ratolojanahary,  en ajoutant qu’il faut respecter la valeur républicaine en donnant à la population le droit de choisir ses dirigeants dans des délais convenables.

« Il ne faut plus reculer la date des élections (…) et il ne faut pas que nous tomberons dans cette piège qui ne profite ni à la population, ni au pays  », a-t-il ajouté. Il dénonce par ailleurs la mainmise du régime HVM derrière cette démarche de refondation. « Tout le monde le sait, c’est le régime qui se trouve derrière ces initiatives », a indiqué le porte-parole des conférenciers.

En tout cas,  le groupe prévoit de rencontrer la population, dans les jours à venir, afin de sensibiliser l’opinion sur la nécessité de tenir les élections dans les délais impartis dictés par les  textes adoptés.  « Nous allons faire une descente sur le terrain, à travers toute les régions pour mobiliser la population afin qu’elle puisse participer aux élections », a  soutenu Maharavo Ratolojanahary.

 J.P

Les commentaires sont fermées.