Flash
Préc Suiv

Rien ne change

Rien ne change

Des dilemmes encore et toujours dans les différents secteurs de la vie nationale jusqu’à présent.

Un retour à la case départ n’est point à exclure sur la situation qui prévaut. La mise en place d’un gouvernement dit de consensualité, sur recommandation de l’honorable Haute cour constitutionnelle, semble n’avoir aucun poids face au rouleau compresseur des syndicalistes mettant de plus en plus de pression dans des révendications hétérogènes. Les grèves s’enchaînent pour serrer l’étau sur le régime, acculé dans ses derniers retranchements, qui finira par céder malgré la fierté mal placée de certains de ses barons habitués à s’imposer. Les élèves des établissements publics ont séché leur cours depuis des semaines, les recettes douanières devant renflouer les caisses de l’Etat sont suspendues, etc. Et le cercle vicieux continue pour compliquer l’équation à plusieurs inconnues puisque toutes les revendications nécessitent des fonds pour être résolues tandis que les caisses non approvisionnées ne permettent point de les satisfaire. La timide proposition de solution avancée depuis quelques heures par le gouvernement pour sauver les meubles ne convainc personne, et risque d’aboutir à une impasse.

La situation tend inexorablement vers le dépérissement de ce régime qui tente de s’accrocher en galerant tant bien que mal pour quelque bout de temps. L’absence des préposés à la réconciliation dans ce contexte semble impromptue, selon des observateurs qui les accusent de jouer le rôle de la sangsue sur le dos des contribuables qui ne jouissent aucunément de leurs services. Rien ne se crée  mais tout se transforme pour les Malgaches…

Manou

Les commentaires sont fermées.