Flash
Préc Suiv

L’APELM contre le report des examens: un programme de rattrapage en gestion.

L’APELM contre le report des examens: un programme de rattrapage en gestion.

La situation n’a guère évolué. Les enseignants fonctionnaires grévistes ont de nouveau annoncé hier, à Anosy, qu’ils vont encore durcir leur manifestation à partir de lundi. De son côté, l’Association des professeurs des écoles libres de Madagascar (Apelm) est sorti de son silence. Contre le report des examens et l’année blanche, cette association se dit prête à dispenser des cours gratuits aux élèves des établissements publics en vue des examens officiels.

Décidément, les enseignants fonctionnaires restent inflexibles par rapport à leurs revendications. La solution proposée par le ministère de l’Education nationale (Men) ne correspond pas à leurs attentes. Et, à entendre même leurs dires, ils seront prêts à sacrifier toute une génération si le ministère de tutelle snobe leur requête.

Pour l’heure, le Men n’a pas non plus l’intention de se laisser entraîner dans une affaire de chantage en maintenant les dates des examens officiels. Mais, comment faire ? Car, par rapport aux élèves des écoles privées, ceux des établissements publics ont encaissé un grand retard sur le programme scolaire.  Hier, au Le Pavé à Antaninarenina, l’Apelm est montée au créneau.

«Nous sommes contre le report des examens officiels et nous sommes disposés à apporter notre contribution pour leur bon déroulement», a indiqué le président de l’Apelm, Justin Etienne Rakotonirina, lors d’un point de presse donné, hier, au «Le Pavé» Antaninarenina.

De souligner ensuite que «les enseignants ressembleront à des semeurs qui n’ont pas récolté le fruit de leurs efforts si les examens n’ont pas lieu cette année». L’Apelm se dit être d’accord avec les revendications de leurs collègues du Sempama, mais refuse que les élèves deviennent des «victimes innocentes».

L’association lance donc un appel, notamment à l’endroit du ministère de l’Education nationale et même des grévistes, de la soutenir pour que tous les examens officiels se déroulent aux dates prévues.

Des cours de rattrapage

Selon le constat de l’Apelm, 17% des écoles publiques ont été complètement fermées durant deux mois et demi dans toute l’île. A titre de contribution donc, les enseignants membres de l’association, répartis dans toute l’île, ainsi que des étudiants universitaires sont prêts à assurer des cours accélérés de rattrapage auprès des élèves victimes, tout cela à titre gratuit, à partir du 28 juillet.

Mais avant tout, l’Apelm invite les parents et les enseignants ainsi que toutes les parties prenantes à une assemblée générale, le 16 juillet, à l’Espace Vatomanga, à Antohomadinika.

«Pour ne pas créer des polémiques, nous n’avons pas l’intention d’utiliser des établissements scolaires publics. Nous lançons ainsi un appel à tous ceux qui ont les moyens de nous donner des salles de classe dans leurs circonscriptions respectives  pour sauver ces élèves», a lancé le président de l’Apelm.

Sera R.

 

Les commentaires sont fermées.