Flash
Préc Suiv

Revendications syndicales: la SSM reprend le flambeau

Revendications syndicales: la SSM reprend le flambeau

Alors que les acteurs politiques ont décidé d’arrêter leur mouvement en vue de préparer les élections, les syndicalistes ont, quant à eux, pris le relais. Les manifestations se poursuivront dès demain.

Leurs revendications n’ayant pas été satisfaites, les syndicalistes reprendront leur manifestation demain, toujours à Ambohijatovo. Une décision prise suite à la réunion de la Solidarité syndicale de Madagascar (SSM), hier au Tranom-pokonolona d’Analakely.

La SSM appelle ainsi les fonctionnaires et même les privés à se joindre à eux pour la manifestation de demain. «Les revendications syndicales n’ont obtenu aucune réponse jusqu’à présent», a indiqué le porte-parole de la SSM, Clément Jaona. Les syndicalistes entendent ainsi poursuivre la lutte jusqu’à ce que leur revendication obtienne réponse. Ces derniers ont d’ailleurs déjà fait part de cette intention lors de leur manifestation de la semaine dernière.

«Les politiciens en ont terminé avec leur revendication mais pas les syndicalistes», a poursuivi le vice-président du Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) en laissant entendre que les syndicalistes n’ont nullement demandé une date pour les élections. Il faut noter que les syndicalistes étaient toujours auprès des députés pour le changement sur la place du 13 mai, sauf que les objectifs étaient différents. Parmi les revendications figurent la hausse des salaires ou encore la réintégration de certains employés à leur poste.

En attente

Pour l’heure, la SSM estime que le gouvernement continue de faire la sourde oreille par rapport à leur demande. Les membres de syndicats requièrent d’ailleurs le remplacement de certains ministres incompétents, notamment les redoublants, pour la simple raison qu’ils n’ont pas pu régler les problèmes des syndicalistes au cours de leur mandat. «Le gouvernement pourrait afficher sa volonté en promulguant un décret permettant l’application des revendications syndicales», a conclu Clément Jaona.

Lors d’une rencontre avec la presse, lundi, en marge de sa déclaration de patrimoine à la HCC, le Premier ministre Christian Ntsay avait pourtant invité les syndicats, notamment les enseignants,  à mettre de l’eau dans leur vin. «Le gouvernement a déjà fait des concessions relatives aux revendications durant les dialogues tenus avec les meneurs syndicales. Certaines revendications ne peuvent être satisfaites dans le court terme», avait-il alors soutenu, tout en notant que  «le gouvernement a déjà promis plusieurs réformes mais force est de constater que les manœuvres visant à mettre en otage l’avenir des élèves en classe d’examen se poursuivent». Jusqu’ici, toutefois, les syndicats entendent poursuivre coûte que coûte leur grève.

Rakoto

Les commentaires sont fermées.