Flash
Préc Suiv

En marche…vers les élections

En marche…vers les élections

1.777.251 de dollars. C’est le montant que l’Union européenne octroie pour la tenue des élections de cette année.  Certains applaudiront l’initiative tandis que d’autres diront que ce n’est pas encore suffisant. D’autant que la Commission en charge des préparatifs électoraux estime que le budget des élections serait peut- être à revoir en fonction des besoins sur le plan technique.  Ce  qui devrait interpeller dans tout cela, c’est que plus d’un demi siècle après l’indépendance qui en passant, a été célébré il y a quelques jours,  nous en sommes toujours là. A quémander des fonds pour pouvoir organiser des élections  censées faire élire un président qui est le garant de la souveraineté nationale. Si ce n’est pas cela le paradoxe malgache, cela y ressemble fort en tout cas.

A qui la faute ? Il est inutile de tirer sur qui que ce soit. Le fait reste toutefois limpide car à travers ce soutien, il est encore difficile de clamer haut et fort son indépendance.  Le pire dans tous cela c’est que le régime a voulu y trouver son compte. En effet, si le panier électoral reste vide, le régime n’a jamais daigné trouver un moyen pour remplir la caisse afin d’avoir des élections crédibles. Il suffit de voir les revendications non résolues des syndicats pour le comprendre. Alors qu’une partie des revendications est largement accessible, l’Etat continue de faire la sourde oreille. C’est que quelque part, la persistance de la tension entre les ministères et les syndicats font des heureux. Et il ne faut pas chercher très loin pour le savoir.

En tout cas, que les ténors du régime veuillent ou pas, la marche vers les élections est enclenchée avec la sortie des dates du premier et du second tour. Dans cette optique, l’Exécutif n’a d’autre choix que de trouver les moyens de remplir le fonds commun pour que les scrutins se tiennent sans encombre. Il  gagnera en crédibilité et fera comprendre, par la même occasion, sa volonté d’aller aux urnes tout en évitant une nouvelle déconvenue auprès de la population.

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.