Flash
Préc Suiv

Vacances de grève

Vacances de grève

La négociation est sans cesse relancée, mais à chaque fois, fait chou blanc. Plus que jamais déterminé, le syndicat des enseignants auprès des établissements publics campe sur sa position. Pour dire que les vacances de grève continuent de plus belle et ne pourraient prendre fin si leur revendication ne soit pas prise en compte illico presto.

En attendant ce compromis difficile à trouver,  pas question de lâcher prise et de reprendre dans ce sens les cours, qu’importe l’urgence de respecter les dates d’examen. D’ailleurs, les enseignants réclament maintenant le report des épreuves et n’hésitent pas à cet effet, de brandir le spectre d’une année blanche.

Le temps presse et n’attend pas. D’ici une semaine, si les enseignants ne reprennent pas le chemin des écoles, le CEPE, le BEPC et même le Bac seraient fortement compromis. Sans conteste, en ce moment, les parents et les élèves, pris dans cet engrenage sans fin, sont désemparés. Les deux parties protagonistes sont-elles parfaitement conscientes de la gravité de la situation ? s’interrogent-ils.

L’heure est d’abord à la guerre des nerfs. Apparemment, le ministère pense que les enseignants bluffent à propos de cette année blanche et qu’ils n’allaient pas sacrifier toute une génération. Du coup, on ne cède pas à la pression et au chantage, au contraire, on essaie de tenir tête au mouvement de grève qui gagne de l’ampleur dans d’autres régions.

Du côté des enseignants, autant dire qu’ils adoptent aussi la même stratégie. Tant qu’aucun enseignant jusqu’au-boutiste ne retourne en classe, signe que rien ne va plus, le ministère finira par comprendre que là, c’est du sérieux. Visiblement, parés à toute éventualité, les enseignants ont même demandé aux parents de se mettre à leur place. D’après eux, leurs conditions de travail dévalorisant même leur métier et leur statut sont tellement médiocres que c’est l’occasion ou jamais d’y remédier, au prix de n’importe quel sacrifice. Vive les vacances de grève !

JR.

Les commentaires sont fermées.