Flash
Préc Suiv

Vatomandry ET Brickaville: Andry Rajoelina à l’écoute du peuple

Vatomandry ET Brickaville: Andry Rajoelina à l’écoute du peuple

Après Vavatenina, le leader du TGV-Mapar, Andry Rajoelina, s’est dirigé vers Brickaville et Vatomandry. Ce dernier, comme à ses habitudes, a été accueilli par une foule immense.

En 2010, les habitants de Brickaville ont adressé une lettre à l’ancien chef de la Transition, Andry Rajoelina, faisant part du défaut de paiement des salariés de la Sirama depuis des années. «Je suis venu et j’ai payé vos salaires. A présent, je suis de retour et je vous ramène d’autres solutions», a-t-il indiqué en faisant référence à l’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM).

L’initiateur du projet est conscient des problèmes des habitants de Brickaville. «Je suis venu ici pour vous apporter mon soutien.  J’ai plusieurs projets pour cette localité productive. Et, nous allons mettre en place une démocratie directe car je sais que c’est ce dont vous voulez ici à Brickaville», a-t-il lancé. Andry Rajoelina a d’ailleurs profité de sa visite à Brickaville pour visiter quelques fokontany.

Appel à la population et aux jeunes

Néanmoins, l’homme fort du Mapar a fait appel à la participation de la population. «La réalisation de ses projets ne dépend que de vous. Aidez-moi pour que je vous aide en retour car vous en possédez la clé», a-t-il déclaré.

En tant que patriote, Andry Rajoelina a le devoir d’apporter son soutien à la population. «Je suis ici pour vous écouter car j’ai déjà réalisé quelques projets pour Brickaville». Il s’est ainsi adressé aux jeunes de la ville sur qui reposent l’avenir du pays. «J’ai besoin de jeunes ambitieux qui pourront développer le pays», a-t-il indiqué.

Andry Rajoelina estime de ce fait que l’IEM reste la solution au développement du pays à court terme. «Je n’ai cessé de chercher des solutions durant ces quatre années de silence, pour cela, j’ai consulté plusieurs experts nationaux et internationaux». Le numéro un du Mapar a davantage redonné espoir à la population en annonçant que «Nous allons gérer nos ressources».

A part les députés de la région, le général André Ndriarijaona, ancien ministre de la défense nationale du temps de la Transition, était également sur place.

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.