Flash
Préc Suiv

Décès de Charles ANDRIANTSITOHAINA: un grand homme s’en est allé

Décès de Charles ANDRIANTSITOHAINA: un grand homme s’en est allé

Quand tombe le Ravintsara, l’arbre prestige des jardins traditionnels malgaches, l’espace égare un peu de son âme. Tels les oiseaux qui se plaisaient à chanter dans le feuillage de sa majesté Ravinala, la famille ne trouve plus son repère à l’ombrage duquel elle aimait à deviser.

Le jardin est en deuil de l’arbre roi, autant majestueux que riche de mille vertus. A ce ressenti, suite à la disparition d’un arbre roi du jardin, s’apparente le sentiment, à l’annonce du décès de Charles Andriantsitohaina, qu’éprouvent ceux qui l’ont connu, ceux qui l’ont approché de son vivant, a fortiori ses parents et amis. Si c’est à l’homme que l’on pense, on ne peut faire l’impasse sur ses origines, toutefois, pour éviter de dresser un arbre généalogique truffé de citations et de signes d’honneur pour qualifier ses ascendants, le moins auquel on ne peut échapper se résumerait à dire que Charles Andriantsitohaina a mérité du noble prestige et de la grande notoriété dont a joui la lignée de ses ancêtres. Il était le fils de Josoa Andriantsitohaina, premier Grand chancelier de l’ordre national, commandant de la légion d’honneur.

Sans que l’on ne puisse dire que l’homme était un touche-à-tout, on doit reconnaître que rien ne le désintéressait, aussi il a entendu apporter une discrète contribution à tous les compartiments de la société. Fils de l’Église FJKM, fidèle d’entre ses compagnons chrétiens, c’est dans un esprit de partage que lui a enseigné sa foi que Charles Andriantsitohaina n’a eu de cesse d’exprimer une solidarité agissante à l’endroit de ses coreligionnaires, mais aussi à ses cohabitants, par son appartenance marquée au sein du fokonolona.

Pareillement, à proprement parler, il n’a pas fait de politique, mais même sans manifester quelque ambition que ce soit pour occuper un quelconque poste public, tout au long des trois Républiques, il n’a pas économisé d’apporter sa consultation à tous les acteurs politiques qui en manifestaient la nécessité. S’il n’a eu de responsabilité sur la marche des affaires publiques autres que celle de tout bon citoyen, il a joui d’une réelle influence même sur les personnes qui lui étaient hostiles.

Cette influence n’est du reste que le corollaire de son grand « activisme » dans le monde de l’entrepreneuriat. Ayant fait lui-même ses classes sur le terrain, toujours dans le même esprit, il a désiré créer un lieu de partage  d’expériences et de solidarité entre gens de même profession (entrepreneurs). Et il l’a fait. Ainsi, Charles Andriantsitohaina est-il devenu le pionnier du mouvement de regroupement des entrepreneurs et le fondateur des premiers groupements. Dans le monde du patronat, le nom Andriantsitohaina jouit toujours de la même considération.

Aujourd’hui, alors que Charles Andriantsitohaina s’en est allé vers un ailleurs, toute sa famille, ses amis et connaissances qui l’accompagnent dans une même foi, vivent la conviction qu’il a déjà trouvé place dans le monde des justes avec l’espoir de l’y rejoindre un jour. Sur terre, les contemporains garderont, durant leur vie, l’image de cet homme énergique qui, par amour du devoir, a tenu à aller quotidiennement à son bureau à plus de 90 ans jusqu’à quelques jours de son décès.

Par delà le commun des citoyens, l’Histoire retiendra la mémoire d’un homme qui a marqué son temps par une volonté d’apporter sa contribution afin que le pays et le secteur de l’entrepreneuriat en particulier s’organisent de dynamisme.

Pour cette vision et l’héritage qui nécessite encore bien d’efforts pour mériter de vous, merci Charles Andriantsitohaina.

Léon Razafitrimo

Les commentaires sont fermées.