Flash
Préc Suiv

Comme l’eau qui dort

Comme l’eau qui dort

Le mot d’ordre de grève de l’Union des coopératives de transport urbain (UCTU) d’hier a été largement suivi. Contrairement aux déclarations de leur président, les membres de l’Union des Coopératives de Transport suburbain (UCTS) ont également observé un arrêt de travail. Il faut reconnaître qu’après ce débrayage, les transporteurs ont marqué un point, tandis que la capitale était KO debout. La résignation étant leur seule et unique alternative, les usagers ont encaissé le coup sans broncher. Très tôt dans la matinée, l’on a pu observer  une foule de piétons, à la queue leu leu, pour rejoindre leur  lieu de  travail.

Depuis toujours, le paiement de compensation, alors appelée subvention, était à l’origine du bras de fer entre les transporteurs et les autorités. Suite à la hausse progressive des prix à la pompe, les transporteurs ont menacé de réajuster le prix du ticket. Voulant éviter « à tout prix » une hémorragie et pour les beaux yeux de l’électorat, les autorités ont décidé d’allouer la fameuse compensation aux transporteurs. Défaillant, l’Etat n’a réussi à verser qu’une partie de la somme convenue, laissant ainsi les transporteurs à fixer les règles du jeu : retour à mi-trajet, adoption de tarif unique, sans parler du recours à la surcharge pour soi-disant combler leur manque à gagner.

La concession des services publics est définie comme un contrat qui charge un particulier d’assurer un service public, à ses frais, avec ou sans subvention, avec ou sans garantie d’intérêt. Ce qui n’est pas le cas au pays. Force est de constater que la qualité de service des transporteurs laisse à désirer, pour ne pas dire exécrable. Pris entre le marteau et l’enclume, ce sont toujours les usagers qui en font « les frais ». Malgré cette anarchie, ils prennent leur mal en patience. Mais il faut se méfier de l’eau qui dort car, selon un dicton, une foule calme et sereine peut devenir dangereuse sous l’influence de quelques perturbateurs.

Mparany

Les commentaires sont fermées.