Flash
Préc Suiv

Anciens dirigeants : les casseroles d’Olivier Mahafaly

Alors que les responsables étatiques en fonction seront désormais seront désormais sous la coupe de la Haute cour de justice (HCJ) en cas d’infraction, il serait peut temps aussi de plancher sur le cas des anciens dignitaires du pays. C’est le cas notamment de l’ancien Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana qui, en dépit de sa longévité à son poste à la Primature, traîne beaucoup de casseroles. Trop nombreuses même aux yeux des observateurs avertis de la situation politique dans le pays car des arnaques et des scandales ont émaillé son passage à la Primature.

L’un de ses faits d’armes n’est autre que l’opération « Permis biométrique » lancé par le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation en octobre 2015. Officiellement,  l’objectif était de lutter contre les fraudes en embauchant une société privée basée à l’étranger comme prestataire afin de disposer d’une base de données fiable tant au niveau national qu’international. Sauf que le résultat a été contraire aux attentes. Et pour cause, le permis de conduire biométrique s’est avéré n’être qu’une escroquerie car la traçabilité n’apparaît nulle part et que la fiabilité des produits fournis n’a pas été respecté. Les citoyens ont été non seulement obligés de faire la queue plusieurs heures pour se procurer le nouveau permis biométrique mais ils devaient aussi payer en plus.

D’aucuns voyaient dans cette démarche un moyen de se procurer un permis biométrique aux « normes », alors que ce n’était pas le cas, ce n’était qu’un moyen de remplir des caisses quelque part. D’autant que, selon des sources concordantes, le fournisseur censé pourvoir ces dispositifs n’aurait pas été payé pour sa prestation. Ce qui complique encore plus les choses pour l’ancien Premier ministre. Car maintenait qu’il est devenu simple citoyen, il est aussi devenu un simple justiciable et donc susceptible d’être traduit devant la juridiction de droit commun.

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.