Flash
Préc Suiv

Aux abois

Aux abois

Ce qui est navrant, c’est cette manie des ténors du régime à vouloir lire tout à l’envers. Même les textes les plus faciles sont commentés, charcutés et interprétés à leur guise dans le seul but de sauver encore ce qui peut l’être.

C’est le cas notamment de la décision des juges constitutionnels du 25 mai sur la réalisation des élections anticipées. C’est pourtant simple, à partir du moment où la Ceni s’est dit prête dans ses préparatifs électoraux, l’heure est maintenant venue d’examiner les dates pour que les consultations populaires se tiennent durant la saison sèche. L’élection présidentielle devrait donc se tenir avant novembre.

Tout porte à croire qu’à travers leurs tergiversations, le régime veut prendre exemple sur le Congo. En effet, le président de la RDC, Joseph Kabila, a réussi à s’accrocher au pouvoir pendant encore trois ans alors que son mandat a déjà pris fin en décembre 2016 et s’obstine même à vouloir s’y maintenir en multipliant toutes sortes de manœuvres. C’est ce que le régime Rajaonarimampianina veut à tout prix faire en tentant de manipuler les textes à son avantage.

Toujours est-il que Madagascar n’est pas la RDC et ce qui fonctionne ailleurs ne pourrait pas toujours être transposé ici. D’ailleurs, tout le monde n’est pas dupe sur les intentions réelles du pouvoir à partir du moment où il a commencé à perdre sa légitimité, notamment suite au vote des lois organiques relatives aux élections.

Ceci étant,  quelles que soient les autres interprétations que les proches du régime veulent apporter sur les textes électoraux, la tenue de consultations populaires dans les meilleurs délais restera une option pour sortir de la crise actuelle.

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.