Flash
Préc Suiv

Abrogation des ministres HVM : rencontre députés et PM cette semaine

Abrogation des ministres HVM  : rencontre députés et PM cette semaine

Les députés pour le changement entendent ne pas lâcher le mouvement tant que leurs revendications ne soient pas satisfaites. Cette semaine, les députés intensifieront leur lutte et vont rencontrer le Premier ministre.

La grande marche pour Mahazoarivo a été reportée. Les conditions permettant sa réalisation ne sont pas encore réunies, selon les informations obtenues auprès des députés pour le changement. Cependant, ces derniers ont annoncé, en fin de week-end, que le Premier ministre Christian Ntsay a accordé une entrevue aux leaders de députés pour le changement cette semaine.

L’objectif est de présenter au chef du Gouvernement les raisons des revendications des députés, principalement la requête pour l’abrogation des ministres HVM au sein de son Gouvernement.

«La nomination de ces ministres HVM est encore une fois une violation de la disposition de la HCC, mais surtout de la Constitution. Nous disposons d’actes légaux afin de demander une motion de censure de ce gouvernement au cas où notre requête serait ignorée», a fait savoir le député Tody Arnaud, dans son discours sur la place du 13 mai.

Ce dernier de réfuter les rumeurs véhiculées ces derniers temps sur la coalition des députés. «Notre coalition reste intacte. Les députés 73 sont toujours unis comme au premier jour. Notre mouvement est toujours aussi intense. La preuve, la machine administrative est en panne. L’adoption du projet de Loi de finances rectificative a été reportée», a-t-il poursuivi.

Déchéance du président

Les députés pour le changement ont rassuré leurs partisans, concernant la requête aux fins de déchéance du président de la République. «Elle figure parmi les premiers de nos dix commandements. Nous exigeons toujours la déchéance du chef de l’Etat. S’ensuivront les démissions de Rivo Rakotovao et des ministres HVM. Nous demanderons par la suite le départ des chefs des régions, des chefs des districts et des fokontany. Pour avoir des élections crédibles, nous avons également sollicité les démissions des membres actuels de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) et de ceux de la Haute cour constitutionnelle», a déclaré le député Hanitra Razafimanantsoa.

Cette dernière a réitéré les raisons pour lesquelles elle a décliné l’offre d’entrer dans le gouvernement. «Ma place au sein de l’Assemblée nationale me satisfait. A Tsimbazaza, les députés restants et moi-même pourrons suivre de près les actions des ministres. Nous serons là pour les attendre de pied ferme», a-t-elle conclu.

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.