Flash
Préc Suiv

Une vieille baderne

Une vieille baderne

L’homme qu’il faut à la place qu’il faut, en ce moment décisif, presque une situation de repli pour le HVM, c’est bonnet blanc et blanc bonnet et c’est carrément prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages. Décidément, le parti au pouvoir n’a pas su tirer profit d’un accord politique durement acquis sur le fil, relatif à la nomination des ministres au sein du gouvernement, Christian Ntsay.

A ne plus présenter, Henry Rabarinjaka, cette fois à la tête de la Mine, Riana Andriamandavy, le sénateur qui parait-il, voit d’un mauvais œil les «médias», à la Communication et Maharate Jean de Dieu qui a fait couler beaucoup d’encre au sein de la Fonction publique, est en poste à la Poste. Il y a de quoi tomber des nues. Des têtes bien connues qui traînent des casseroles au détriment de ce régime, depuis le début de son mandat et qui, malgré tout, ont été sélectionnés pour représenter le HVM au sein du gouvernement.

Alors, provocation ou indifférence totale du contexte ? Car si le président de la République et ses conseillers ont cru bien faire à partir d’un calcul politique farfelu, autant dire qu’ils se trompent sur toutes les lignes. Peut-être qu’ils ont oublié qu’il ne s’agit plus d’un gouvernement de combat, mais d’un consensus entre les politiques, mais également vis-à-vis des syndicats et de l’opinion publique.

Au lieu de saisir cette bouée de sauvetage lancée par la HCC, d’ailleurs, l’opposition n’a pas fait tout un plat à propos de la clé de répartition, le HVM a de nouveau fait tout de travers tout en attisant encore une fois l’indignation généralisée. A l’heure où les syndicats au sein de chaque ministère attendent un souffle de renouveau, Hery Rajaonarimampianina fonce encore tête baissée dans une manœuvre à effet boomerang. De nouveau, le chef de l’Etat est acculé au mur.

Et une chose est sûre, ce ne sont pas ces trois ministres qui vont arborer l’image du HVM en déclin, en cette année électorale.

JR.

Les commentaires sont fermées.