Flash
Préc Suiv

Ministres HVM redoublants : la procédure d’abrogation enclenchée

Ministres HVM redoublants  : la procédure d’abrogation enclenchée

A défaut d’une grande marche vers le palais de Mahazoarivo, le mouvement pour le changement a choisi de collecter des signatures pour démettre les ministres HVM redoublants de leur poste.

Action singulière hier sur la place du 13 mai. Les partisans ont apposé leur signature sur la requête en déchéance des ministres redoublants du HVM au sein du gouvernement Christian Ntsay.

En effet, les députés ont formulé une requête qui sera remise au président de la République et du premier ministre en vue d’abroger la nomination des ministres reconduits. «Notre stratégie est déjà en place mais aujourd’hui (à lire hier), nous avons encore été retenu pour l’examen de la LFR. Pour autant, nous allons envoyer une lettre au premier ministre pour exposer nos revendications», a indiqué le représentant des 73 députés sur le parvis de l’hôtel de ville.

Dans ce bras de fer, les députés pour le changement ont d’ailleurs mis dans la balance le vote de la Loi de finances rectificative en échange de leur revendication. «Une fois que les ministres issus du parti présidentiel ne seront plus dans ce gouvernement, que tout le monde peut travailler librement, que les syndicats seront satisfaits de leur revendication, alors nous voterons la LFR», a fait savoir hier maître Hanitra Razafimanantsoa.

Contestés

Les membres du gouvernement concernés par cette contestation sont, entre autres, le ministre des Finances et du budget, celui de la Défense nationale ; des Travaux publics et des infrastructures ; du Transport et de l’infrastructure ; de l’Agriculture et de l’élevage ; des Postes, des télécommunications et du développement numérique ; de la Sécurité intérieure ; des Mines et du pétrole, de l’Energie et des hydrocarbures et le ministre de l’Enseignement supérieur.

D’autres nouveaux responsables comme le ministre de la Communication et de la relation avec les institutions, celui de la Santé publique, et le ministre de l’Education nationale sont invités également à quitter le gouvernement.

A noter que la requête à déposer auprès du premier ministre a été effectuée suite à la demande des syndicalistes qui ont également apposé leur signature. En fait, ces temps-ci, les syndicalistes ont été en première ligne pour dénoncer le redoublement de certains ministres qui ne font plus l’unanimité dans leur ancien poste. Comme le nouveau ministre des Postes et des télécommunications, Jean de Dieu Maharante, qui avait déjà fait l’objet de critiques auprès du ministère de la Fonction publique. Tout comme son collègue du ministère des Finances et du budget, Vonintsalama Andriambololona, qui n’arrive pas encore à trouver un terrain d’entente avec les employés de la douane et de l’impôt.

 Rakoto

Les commentaires sont fermées.