Flash
Préc Suiv

Quand il faut y aller

Quand il faut y aller

L’équipe du nouveau chef de gouvernement est maintenant formée. Malgré les réticences, les nouveaux ministres et leurs prédécesseurs ont pu effectuer la passation de service. Certains ministres ne font pas en effet l’unanimité mais, vu qu’on ne peut pas satisfaire tout le monde, il faut se contenter de ce qu’on a. Faute de grives, on mange des merles. L’essentiel est que, pour une fois, la volonté de se rendre vers les élections est perceptible.

Mais sachant que le temps leur est compté et qu’ils ont cet objectif bien défini, le nouveau Premier ministre et sa suite n’ont pas droit à l’erreur. Sans vouloir s’ériger en donneur de leçons de morale, il faut dire que les nouvelles recrues, les redoublants ainsi que les revenants doivent apprendre à éviter les erreurs du passé tout en sachant que comprendre les erreurs du passé peuvent aussi aider à avancer.

Nul n’ignore que les erreurs du président et de son équipe ont, pour beaucoup, contribué à la chute du gouvernement de « combat » de l’ancien Premier ministre. Ce qui a donné lieu à la naissance du gouvernement de consensus. N’en déplaise à certains, loin d’être une fatalité, la diversité de la composition de ce nouveau gouvernement peut être bénéfique, dans la mesure où tous les membres de l’équipe gouvernementale sont obligés de marcher au pas cadencé pour éviter les critiques et arriver à bon port. Bref, les politiciens et tous les citoyens doivent apprendre à relativiser la situation actuelle et faire de la diversité le principe de l’unité.

L’essentiel est d’avancer vers une élection libre, transparente et acceptée de tous. Donc, quand il faut y aller, il faut y aller.

Mparany

 

Les commentaires sont fermées.