Flash
Préc Suiv

Passoba santé : les défis relevés Passoba

 Santé dresse un bilan positif. Après cinq années de mise en œuvre, les principaux objectifs, qui consistent en un mot au renforcement du système de santé, sont atteints, d’après l’évaluation finale du programme, clôturé officiellement, hier, lors d’une cérémonie, à l’hôtel Ibis à Ankorondrano. Lequel a été financé par l’Union européenne et mis en œuvre par l’Unicef et l’AFD, en partenariat avec le ministère de la Santé. D’après les statistiques, Passoba Santé a créé des impacts tangibles, avec une longue liste, dans 6.844 fokontany, répartis dans 9 régions, et 1.094 Centres de santé de base (CSB). Cela, malgré les contraintes qui se sont posées durant  la période de mise en œuvre, telles que l’insécurité persistante dans les régions d’intervention, la crise humanitaire dans la partie sud du pays liée à la sècheresse, et aux conséquences du phénomène El Niño.

Entre autres, on peut citer la réouverture des 73 CSB, qui ont été fermés au début du programme pour absence de personnel de santé, et le recrutement et l’intégration à la Fonction publique de 538 agents de santé, dans les 50 districts sanitaires des 9 régions appuyées. Ce qui a permis la couverture en service de santé d’une population additionnelle d’environ 500.000 habitants. Par-dessus tout, les acteurs ont pu bénéficier non seulement d’un renforcement du système national d’approvisionnement en intrants de santé, mais également et surtout de la recapitalisation de la Centrale d’achat Salama, via ce programme. Sur ce, 657 pharmacies à gestion communautaire (Phagecoms) sont dotées en médicaments, 73 Phagecoms performantes gratifiées, et 50 pharmacies de gros de district (PhaGdis) ont bénéficié des frais de gestion…

Passoba se conclut mais la dynamique doit demeurer. Dans ce sens, les parties prenantes du programme n’ont pas manqué de lancer un appel à tous les acteurs pour continuer, consolider et coordonner les efforts entrepris dans le renforcement du système de santé. «Le ministère de la Santé s’est engagé à suivre la voie tracée, en se basant sur les acquis du programme, pour promouvoir un système de santé fort, avec des offres de qualité et accessible à tous, via la Couverture sanitaire universelle (CSU)», a fait valoir le ministre le Pr. Harinirina Yoël Rantomalala.

Fahranarison

Les commentaires sont fermées.