Flash
Préc Suiv

Apaisement : le PM en appelle à la responsabilité de chacun

Apaisement  : le PM en appelle à la responsabilité de chacun

La tension politique ne s’est guère apaisée après la mise en place du Gouvernement. Le Premier ministre en appelle à la responsabilité de tous les acteurs politiques, en vue d’aller à une élection crédible.

Le premier Conseil de gouvernement de l’équipe du Premier ministre Christian Ntsay s’est déroulé, hier, à Mahazoarivo. Juste après, il a rencontré la presse pour évoquer la tension politique qui reste encore palpable dans le pays. « Nous devons nous concentrer sur l’élection présidentielle selon la décision de la Haute cour constitutionnelle (HCC). J’appelle au sens de responsabilités de tous au niveau de tous les secteurs, politiques, économiques, et communautaires, pour que le pays puisse recouvrir un apaisement, une bonne gouvernance. Ensemble, trouvons une solution », a-t-il indiqué.

Une déclaration en réponse à celles des acteurs politiques, notamment les élus de l’opposition, qui ont exprimé leur mécontentement suite à la mise en place du gouvernement. Les élus espèrent que le Premier ministre prendra ses responsabilités pour concrétiser les attentes de la population et de ne pas favoriser le clan présidentiel.

Sans distinction

Lors de sa rencontre avec la presse, Christian Ntsay a en tout cas souligné qu’en tant que Premier ministre de consensus, il est de son devoir de rallier tous les forces vives de la Nation, politiciens, syndicalistes, responsables, Société civile. « Nous avons besoin d’un apaisement et cela requiert un dialogue et une écoute. Dans cet esprit d’apaisement, les sanctions disciplinaires, comme les affectations disciplinaires, la suspension des soldes ne sont pas indispensables. Tout un chacun est invité à discuter dans un profond respect, pour l’intérêt de notre pays », a-t-il soutenu.

Pour ce qui est de la date

de l’élection présidentielle, le locataire de Mahazoarivo a réitéré l’urgence d’un dialogue entre la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) et le Gouvernement, afin de définir la date des échéances à venir. La tenue des consultations populaires, pour cette année, constitue d’ailleurs l’une des priorités de cette équipe gouvernementale.

Ces temps-ci, du reste, le chef du gouvernement fait face à plusieurs obstacles, dont notamment l’impopularité d’une partie de son équipe. Cela concerne en particulier les ministres proches du pouvoir. C’est le cas du ministère de l’Agriculture et de l’élevage, du ministère des Postes, des télécommunications et du développement numérique ou encore du ministère de l’Education nationale.

Nadia

Les commentaires sont fermées.