Flash
Préc Suiv

Gouvernement de cohabitation : une avancée malgré les provocations

Gouvernement de cohabitation  : une avancée malgré les provocations

L’équipe du Premier ministre Christian Ntsay qui a été présentée à la presse lundi dernier continue à faire couler beaucoup d’encre. Elle reflète toutefois la volonté des acteurs politiques d’en finir avec la crise et d’aller vers les élections.

Un gouvernement «melting-pot» où se mêle les membres de l’opposition et les pro-régime, bref, dans le langage politique : un gouvernement de cohabitation. C’est ce qui résume l’image de l’actuel Exécutif. Une pilule dure à avaler certes mais il s’agit de la voie indispensable afin d’aller vers les élections, notamment la présidentielle, dans les meilleurs délais. Et ce, d’après la décision de la Haute cour constitutionnelle (HCC) du 25 mai dernier.

L’article 8 de la décision de la HCC stipule que «le Gouvernement de consensus mis en place arrête avec la CENI, l’organisation d’une élection anticipée durant la saison sèche au cours de cette année 2018 mais sous réserve des possibilités techniques, matérielles et financières réelles assurant des élections libres, honnêtes et transparentes». Dans cette optique, la priorité du gouvernement sera axée sur les consultations populaires, dans un climat de stabilité.

Apaisement

Sur ce point, le Premier ministre Christian Ntsay avait déjà souligné, lors de sa prise de fonction, que la gestion des élections à travers la restauration de la paix sociale figure parmi les objectifs de son gouvernement. «Sans paix sociale, les élections seront difficiles à réaliser», avait-il alors indiqué. Ce qui correspond aux attentes des acteurs politiques, notamment de l’opposition, vu que la tenue des élections demeure la voie idéale pour sortir le pays de la crise.

A ce titre, la mise en place de ce gouvernement constitue une grande avancée, non seulement par rapport à la tenue des élections, mais par rapport aux revendications des élus. Et pour cause, si les élus n’ont pas réagi à temps, il y a quelques mois, l’Exécutif aurait alors fait adopter des lois électorales scélérates où des candidats potentiels ne pouvaient pas se présenter aux élections. Et que les acteurs politiques n’ont pas pu organiser des manifestations publiques librement. L’Exécutif avait été aussi composé de personnalités acquises à la cause du régime. Ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, car l’Exécutif a désormais les mains liées.

Erreur de casting du HVM

Car maintenant, le gouvernement est composé de personnalités d’horizons différents. A titre d’illustration, le Mapar semble bien équipé, avec différents postes stratégiques. Outre le Premier ministre et Chef du gouvernement, des ministères clés sont entre les mains de cette formation, tels que le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation, le ministère de l’Aménagement de territoire,  le ministère de la Fonction publique, le ministère du Commerce. Sans oublier les organismes rattachés à ces départements ministériels.

A I’opposé, le régime semble vouloir continuer dans ses pratiques douteuses en nommant  Henry Rabary-Njaka au ministère des Mines et du pétrole alors que celui-ci ne fait plus l’unanimité au ministère des Affaires étrangères. A la veille de son fin de règne, l’objectif est clair pour le régime : avoir plus de pouvoir là où les caisses ne sont pas encore vides. Il en est de même pour  le parti Tim avec la nomination de Guy Rivo Randianarisoa au ministère de l’Industrie et du secteur privé. Il est clair que la réouverture de la société AAA est à l’origine de cette nomination avec son collègue  Rolland Ravatomanga au ministère de l’Eau et de l’assainissement. Quoi qu’il en soit, suite à la nomination de Riana Andriamandavy VII, de Jean de Dieu Maharante, les erreurs s’accumulent pour le Chef de l’Etat car au-delà de ces nombreuses fautes politiques, le maintien de ces personnalités parmi ces cercles relève d’une erreur de casting, voire s’apparente à de la provocation. Et les contestations se profilent d’ailleurs déjà par rapport à la nomination de ces personnalités.

Rakoto

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique