Flash
Préc Suiv

Nouveau gouvernement : le suspense jusqu’au bout

Nouveau gouvernement  : le suspense jusqu’au bout

Le suspense autour de la composition du nouveau gouvernement devrait être levé ce jour. Alors que les 73 députés soupçonnent des pressions du HVM, la formation du gouvernement déterminera l’issue de la manifestation des 73 députés.

Depuis la semaine dernière, les députés pour le changement n’ont cessé de revendiquer leur droit par rapport à la clé de répartition ministérielle. Jusqu’à hier, les négociations se sont poursuivies quant à l’obtention des ministères de souveraineté. Des bruits courent selon lesquels le parti présidentiel aurait la mainmise sur les ministères de souveraineté. Une situation qui n’est pas de l’avis des autres partis, à savoir les 73 députés sur la Place du 13 mai qui menacent de ne pas intégrer le nouveau gouvernement si un tel cas se présente. « Nous refusons de collaborer dans le cas où le HVM détient plusieurs ministères dans ce gouvernement », ont-ils fait savoir samedi dernier. « La lutte pour le changement englobe la lutte contre la corruption et nous refusons de travailler avec des corrompus », ont-ils poursuivi en soulignant que le camp d’Iavoloha n’a pas son mot à dire dans la formation du nouveau gouvernement et subodorant que le Premier ministre, Christian Ntsay, subirait des pressions de la part du HVM dans la nomination de ses ministres.

Les députés pour le changement s’en tiennent ainsi à la décision de la Haute cour constitutionnelle n°18 HCC/ D3 du 25 mai dernier sur la clé de répartition des ministères, en se basant sur l’arrêt de la CES relatif aux législatives. « Toutes les forces politiques présentes à l’Assemblée nationale devraient avoir leur ministère de souveraineté ». Ce qui exclut donc la présence du HVM étant donné que le parti n’a aucun élu.

Les 73 députés attendent ainsi impatiemment la formation du gouvernement ce jour, comme le stipule la décision de la HCC, pour déterminer la suite de la manifestation sur la Place du 13 mai. « Nous allons leur prouver qu’on ne joue pas avec le peuple », ont-ils conclu.

Tahina Navalona

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique