Flash
Préc Suiv

Insécurité – tourisme : les guides et les transporteurs aux abois

Insécurité – tourisme : les guides et les transporteurs aux abois

Un convoi de véhicules a été attaqué par des dahalo vendredi dernier vers 14 h sur la RN 1 bis menant à Maintirano, près du village d’Ambodirano, à 120 km à l’ouest de Tsiroanomandidy. Un chauffeur-guide a été tué par balle dans cette attaque. Face à cette situation d’insécurité qui devient légion dans l’ensemble du territoire, les guides touristiques et les transporteurs avec lesquels ils collaborent ont uni leur voix pour lancer un appel aux autorités compétentes pour qu’elles mettent en œuvre des mesures efficaces et pérennes à ce problème.

«L’attaque s’est produite vers 14 h. Le convoi était composé de sept véhicules. Nous n’avons pas encore plus de précisions sur les faits mais nous avons constaté le décès de l’un de nos confrères. Œuvrant en particulier dans le domaine du tourisme, nous exhortons les autorités compétentes à prendre des mesures efficaces face à l’insécurité qui tend à se généraliser», a rapporté à la presse, samedi dernier, Andry Ravoninjatovo, président national de l’association des guides. Et d’après lui, «Ce cas n’est pas isolé puisque la veille, des échanges de coup de feu ont contraints des touristes à rebrousser chemin près d’Ankilizato sur la RN 34 menant vers Morondava. Aussi, les touristes faisant la descente du Tsiribihina sont souvent attaqués et détroussés».

«Nous avons déjà interpellé les responsables concernés, entre autres le ministère de la Défense nationale, des sénateurs…) mais il faut que des mesures efficaces et pérennes soient mise en œuvre urgemment», a fait savoir pour sa part Rico Rakotovazaha, président de la Fédération nationale des guides.

Pour ces acteurs du monde du tourisme, des circonstances pareilles risquent toujours d’engendrer d’énormes pertes pour le secteur. Ces guides craignent que les touristes se désintéressent  de la destination Morondava, Tsiribihina ou encore les Tsingy qui sont parmi les plus prisées.

Arh.

 

Les commentaires sont fermées.