Flash
Préc Suiv

Une crise comme on les aime

Une crise comme on les aime

Aurait-on finalement perdu toutes nos valeurs pour en arriver là? Au point où en est le pays, la réponse semble assez claire et les évènements de vendredi dernier au CCI Ivato en sont un exemple récent. La réconciliation ou le Fampihavanana ne serait plus qu’un simple concept permettant de cacher les intentions de certains et les ambitions des autres.

Si les participants en sont venus aux mains, il n’y a pas photo, les enjeux devaient être de taille. Du coup, les politiciens ont du mal à trouver un compromis et les réconciliateurs sont pris dans un tourbillon de désaccord sans issue. Dans ce contexte, il est difficile d’imaginer que les dirigeants puissent également s’entendre.

Pendant ce temps, les Malgaches ne savent plus à quel saint se vouer. De la Haute cour constitutionnelle qui n’arrive pas à satisfaire, des forces de l’ordre qui menacent un Etat d’exception, jusqu’à la Haute de cour de justice qui ne fait pas l’unanimité, Madagascar semble pris au piège. Et comble de la situation, le régime essaie tant bien que mal de gagner du temps, on ne sait pour quelle raison.

Des propositions sortent un peu partout  et les Malgaches ne sont pas à court d’idées. Religieux, Société civile et simples citoyens tentent d’apporter leurs suggestions, mais parfois, on se demande si les responsables sont à l’écoute. Il est vrai que le chef de l’Etat a indiqué avoir entendu les doléances de la population d’Andramasina, mais certains s’interrogent s’il les entend de la bonne oreille.

T.N

 

Les commentaires sont fermées.