Flash
Préc Suiv

La réalité en face

La réalité en face

Les carottes sont cuites.  Les parlementaires pro-régime, notamment ceux adeptes du retournement de veste,  devraient se rendre à l’évidence. Leur temps est désormais compté et que le moment n’est plus aux palabres inutiles mais à l’application d’une décision de  Justice.  Avant la publication de la décision de la HCC, ils ont en effet déclaré urbi et orbi qu’ils se conformeront à cette décision. Maintenant que c’est fait, le moment est venu pour ce régime de traduire ces décisions en acte au lieu de prolonger encore une fois le débat sur l’article 54 de la Constitution.

S’il a fallu quatre ans pour comprendre enfin cette disposition, c’est tant mieux car mieux vaut tard que jamais. Mais le fait est que le pays a une fois perdu des années. Le président de la république aurait dû nommer le premier ministre proposé par le Mapar à l’époque et tout aurait été résolu.  Sauf que le régime a choisi d’autres voies en inventant une majorité qui n’existait pas en « achetant » des élus indépendants et en détournant les autres élus du Mapar et du TIM.

Aujourd’hui, ce régime et ses sbires ne peuvent plus se voiler la face. A force de tripatouiller les textes, ils ont perdu la partie et devraient s’y faire. Ce sera difficile, mais il s’agit là d’une réalité qu’il faudra accepter.

D’ailleurs, cette fois-ci, la HCC a intimé le président de nommer le premier ministre et les ministres sur la proposition du Mapar en grande partie, en quelques jours seulement. Donc, ce n’est plus le moment de tâtonner, comme lors de la dernière nomination des deux chefs de gouvernement de Rajaonarimampianina.

Et ce nouveau gouvernement qui doit gérer les élections à venir devra-t-être mis en place dans les meilleurs délais pour peaufiner les derniers préparatifs. Il appartient alors au Chef de l’Etat de prendre part ou pas aux élections anticipées prônées par les juges constitutionnels. Mais en attendant, il ne faut plus jouer avec les textes en espérant que la majorité parlementaire appartient à la mouvance présidentielle. Loin s’en faut.

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.