Flash
Préc Suiv

Micmac constitutionnel…

Micmac constitutionnel…

Dans sa crainte de voir rejaillir l’ancien volcan de la crise du passé, la population qui dorénavant joue un rôle de taille dans l’échiquier politique malgache, se tourne avec beaucoup d’espérance vers la Haute cour constitutionnelle.

Le contexte est en pleine effervescence et qui pourrait entrer en ébullition à brûle-pourpoint au cas où  Jean Eric Rakotoarisoa et son équipe, qui ont juré foi et loyauté envers la Constitution, donneraient le change et noieraient le poisson habilement dans des vagues explications et d’expressions juridiques à en perdre son latin. Une basse manœuvre dans les coulisses de la Haute politique, apparemment déjà pressentie par l’opinion publique et surtout les acteurs politiques.  Sans conteste, il s’agit de prendre une décision la plus importante de leur carrière.

Sur ce sujet, le Sefafi n’a pas mâché ses mots et pointe du doigt la HCC comme étant la complice de l’Etat. A travers toutes ces procédures constitutionnelles en série à propos des textes électoraux, en effet, quelque chose ne tourne pas rond. Et à lire la réflexion du Sefafi,  les textes fondamentaux  même de la Constitution n’ont pas été respectés, aussi bien sur le fond que sur la forme.

Dans quel camp se trouve la HCC ? Son avis sur la non-conformité des lois électorales par rapport à la Constitution est une évidence. Pour dire qu’il faut revenir à la case départ, c’est-à-dire auprès de l’Assemblée nationale. Dans ce sens, les textes devraient alors faire l’objet d’une délibération à Tsimbazaza, selon le Sefafi. Mais au lieu de cela, l’Exécutif s’est tourné vers Ambohidahy pour demander ce qu’il en pense vraiment à propos de certains articles controversés.

Et à la place d’un avis, les juges constitutionnels se font législateurs et se permettent d’imposer un juste milieu sur le bulletin numéro trois, temps de campagne lors du second tour et le bulletin unique.

Elaborer une sorte de proposition de loi de sorte à lui donner une force exécutoire que le président de la République a saisi à la hâte pour promulguer le texte, fait-il partie des attributions de la HCC ?  Il y a anguille sous roche au moment où plus d’un attend la décision des juges constitutionnels sur la requête en déchéance de Hery Rajaonarimampianina.

Andry Rabeson

 

Les commentaires sont fermées.