Flash
Préc Suiv

Mémoire en défense : la présidence frise le ridicule

Mémoire en défense  : la présidence frise le ridicule

Les députés à la solde du régime ont remis hier auprès de la HCC un communiqué truffé de fautes d’orthographe, présentant le mémoire en défense du président de la République. Pis encore, ils ont gonflé le nombre des élus présents sur le lieu. La présidence fait encore une fois preuve d’amateurisme. C’est vraiment un bleu.

Une supercherie. La présidence a tenté de se faire entendre hier en rameutant des élus acquis à sa cause pour déposer le mémoire en défense du président de la République par rapport à la requête déposée auprès de la Haute cour constitutionnelle (HCC).

En voulant à tout prix gonfler le nombre des parlementaires, la Présidence n’a pas hésité à bien noter dans ce communiqué que 79 députés et 85 sénateurs ont été présents à Ambohidahy. Sauf qu’il suffit d’un simple calcul mental pour mettre à nu la tromperie. En effet, il n’existe que 63 sénateurs dont 42 élus et 21 nommés par le Chef de l’Etat. Au total, cela fait 63, mais non pas 85 sénateurs. Son compte n’est pas bon.

La présidence prend ainsi tous les Malgaches pour des ignares. D’ailleurs, personne ne conteste l’existence de la majorité présidentielle au Sénat mais tout le monde sait de quelle manière  ils ont été élus.

Quant aux députés, ils sont loin d’atteindre le nombre de 79. Là où le bât le blesse, c’est que sur les 151 députés, 73 sont déjà acquis à la cause des élus pour le changement et un autre élu décédé récemment, celui de Vohemar, n’a pas encore été remplacé. À cela s’ajoute le cas du président de cette instance qui doit assurer sa neutralité.

Les députés pro-régime sont donc loin d’atteindre le nombre évoqué. Puis, le communiqué de la présidence a été ainsi modifié à plusieurs reprises avant d’arriver finalement à un nombre de 58 sénateurs.

Du même tonneau

En tout cas, ce n’est pas la première fois que le régime fait preuve d’amateurisme pareil. En février dernier, la publication de l’autorité de régulation des marchés publics (ARMP) pour les marchés 2016 avait fait bondir la population en voyant l’achat des pièces d’un véhicule allant jusqu’à sept milliards d’ariary.

Sans oublier l’achat d’huile et de poulets à 50 millions d’ariary par le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation. Une somme qui avait créé une polémique et que les responsables incriminés de répondre laconiquement qu’il s’agissait d’une erreur de… saisie. Tout comme récemment où le président de la République avait annoncé une augmentation de salaire des fonctionnaires de 8%, alors que le Premier ministre avait pour sa part renchéri en avançant un chiffre de 80%.

Plus grave encore, le ministre des Affaires étrangères  Henry Rabary-Njaka avait annoncé urbi et orbi sur le plateau de TV5 que la présidentielle se tiendra le 24 novembre pour le premier tour et le 24 décembre, pour le deuxième. Il s’est par la suite ravisé. Sauf que la fixation de la date des élections est décidée en conseil de gouvernement, sur proposition de la  Commission électorale nationale indépendante. Tout cela relève d’incompétence et d’amateurisme qui ont emmaillé les quatre années du régime.

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.