Flash
Préc Suiv

Géopolitique du 21e siècle : quel rôle pour Madagascar ?

Géopolitique du 21e siècle  : quel rôle pour Madagascar ?

C’est dans un contexte un peu particulier, marqué par la crise politique,  que s’est déroulée  la célébration des 135 années de coopération entre l’Allemagne et Madagascar.

Une célébration marquée par plusieurs manifestations, notamment des conférences-débats  à l’Université d’Antananarivo et au ministère des Affaires étrangères, portant sur plusieurs thèmes. Hier, par exemple, «Le rôle de Madagascar dans la nouvelle géopolitique du 21e siècle» a été abordé. Le débat est tourné autour de la place occupée par  la Grande  île au niveau régional, continental et international.

Les institutions parlementaires

Une conférence publique sur le rôle des institutions parlementaires dans la politique étrangère a également été programme. A ce sujet, Stefanie Rathenberger, représentante du Bundestag allemand a expliqué le rôle de cette entité dans la politique étrangère de l’Etat. Un rôle défini comme un instrument d’adoption de résolutions qui sont non contraignantes pour le gouvernement fédéral. Le Bundestag, à travers ces résolutions peut contredire le gouvernement fédéral.

L’autre intervenant, Juvence Ramasy, enseignant-chercheur à l’Université de Toamasina, a mis en exergue la notion de diplomatie parlementaire que les députés peuvent librement aborder au même titre que les membres du gouvernement. Une pratique qui peut se matérialiser par la ratification des conventions et traités internationaux ou encore  la coopération interparlementaire.

Parmi les intervenants au débat, le Sénateur Pierrot Rajaonarivelo a évoqué l’équilibre du pouvoir entre le «Parlement» et «l’Exécutif». D’après lui, celle-ci se situe soit au niveau mondial à travers les organes du Système des Nations unies, soit au niveau de chaque Etat. Il a cité des illustrations diverses concernant différents pays à travers la notion de «parlementarisme comparé». La théorie du rapport de force demeure d’actualité, estime le parlementaire. L’ancien ministre a également mis l’accent sur le problème d’identité nationale, surtout pour le cas de Madagascar. «La République est laïque, mais la Société ne l’est pas», a-t-il ajouté.

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.