Flash
Préc Suiv

Chronique : réconciliation, lutte contre la corruption, des miroirs pour alouettes

Quelques mois à peine après leur entrée en fonction, les membres de l’organe chargé de la Réconciliation trouvent matière pour se demander ce qu’ils font dans cette galère. Pourtant peut-être suffisamment heureux d’avoir signé un CDD pour plusieurs années à rémunérations pas tant que ça ridicules, nombre d’entre eux préfèrent ne pas se poser de question. Problème voilà que les relations de ceux qu’ils ont vocation à rabibocher tournent plus que jamais au vinaigre.

Quelle utopie ou quelle démagogie des acteurs politiques eux-mêmes que d’avoir voulu faire croire que dans leur arène ils peuvent se réconcilier, alors que par leur fonction ils sont appelés à se concurrencer,

et qu’en principe seul un moteur constant les réunit, un patriotisme qui leur donne une détermination à rechercher et à défendre les intérêts supérieurs de la nation. Nombreux observateurs et la population elle aussi dans son ensemble, ne sont pas convaincus d’avoir constaté ce patriotisme chez la plupart des politiciens.

Ce n’est donc pas pour

les réconcilier qu’il aurait fallu casser la tirelire, tous les efforts auraient dû se concentrer à ce qu’un minimum de leur vocation soit respecté par les élus, ou mieux que le système de l’Etat soit assez efficace pour leur interdire les saletés que l’on connait et que cesse la culture de l’impunité dans laquelle la majorité de la classe politique actuelle semble liée par un contrat tacite de complicité. C’est cette chape qui protège ripoux et pourris qu’il faut briser, que ces gens-là se concilient ou non, n’y changera rien, au contraire ils s’entendent suffisamment comme larrons en foire pour ne pas dénoncer le vrai mal dont souffre le pays, espérant en croquer tant et plus à tour de rôle. Une âpreté aux gains et profits illégaux se faisant de plus en plus pressant rend la concurrence d’autant plus rude. On ne va quand-même pas mettre en place des règles et une police pour gérer la déloyauté. Les lois électorales qui viennent d’être votées dans des conditions que d’autres parlementaires n’ayant pas eu part au festin dénoncent comme ignominieuses, ne sont pas pour assainir l’atmosphère. Inefficaces et inutiles réconciliation et lutte contre la corruption constituent pour l’instant de simples miroirs pour alouettes.

Léo Raz

 

Les commentaires sont fermées.