Flash
Préc Suiv

Médiation internationale : le MMM condamne la partialité de la CI

Médiation internationale  : le MMM condamne  la partialité de la CI

Le bureau politique du parti Malagasy Miara-Miainga (MMM) a tenu une réunion hier à son siège. Des décisions relatives au contexte politique actuel ont été prises.

Tout comme la majorité de la population, le parti MMM n’est pas favorable à l’ingérence de la communauté internationale (CI) dans la résolution de la crise. Dans une lettre ouverte, le MMM «condamne l’intervention de la Communauté Internationale dans la crise tendant à diviser les Malagasy en faisant fi des valeurs démocratiques et l’équilibre des forces politiques dans le Pays».

En effet, les émissaires de la communauté internationale ne font pas bon office de leur mission. Une remarque soulevée également par les députés pour le changement qui réclament une position neutre des médiateurs. Pour les députés, ces missionnaires étrangers jouent le rôle de conciliateur et non de médiateur.

Dans cette lettre ouverte, le parti MMM rejoint l’appel à démission de l’Exécutif qui est «la source de tous les problèmes actuels».  Il exige par la suite l’organisation d’  élections crédibles, transparentes et inclusives.

Non respect de la loi

Le parti MMM dans sa lettre ouverte renforce son soutien aux députés pour le changement sans aucune réserve et enfonce le clou en insistant sur le non respect de la Constitution par le régime et ses députés. «Le régime actuel ne dispose d’aucun député élu au nom du HVM et n’a jamais respecté les dispositions de l’article 72 de la Constitution», a martelé le MMM.

En effet, cet article 72 alinéa 1 et 2 stipule clairement que «durant son mandat, le député ne peut, sous peine de déchéance, changer de groupe politique pour adhérer à un nouveau groupe, autre que celui au nom duquel il s’est fait élire. En cas d’infraction à l’alinéa précédent, la sanction est la déchéance qui est prononcée par la Haute cour constitutionnelle». Ce qui n’est pas le cas actuellement. Bon nombre de députés ayant intégré le groupe parlementaire HVM ont été élus sous d’autres couleurs si l’on ne cite que le Mapar, le Tim ou encore le MMM.

En ce qui concerne les députés Tim qui ont changé de couleur et dont la procédure de déchéance a été entamée par son président du groupe parlementaire, aucune suite n’a été émise.

Ce sont ces députés qui composent la majorité présidentielle au sein de l’Assemblée nationale et qui ont voté les projets de la loi électorale.

Rakoto           

Les commentaires sont fermées.