Flash
Préc Suiv

Un air de déjà vu

Un air de déjà vu

Tout le monde est à pied d’œuvre afin de jouer le rôle principal dans cette série qui tient en haleine le peuple en vue de l’élection présidentielle jugée cruciale pour la vie de la nation. Tous les acteurs, politiques ou non, sont passés à l’action dès le début de l’année et on est encore loin du générique de la fin vu l’évolution de la situation. Les députés opposants continuent d’amplifier leurs actions tout en tissant de solides liens et réclament la démission du président de la république.

Ils sont même arrivés à demander aux membres du personnel des différentes institutions administratives de se joindre à leur rang et menacent de «passer à la vitesse supérieure» au cas où ces derniers répondent par la négative. Une mission à laquelle ils ne veulent pas renoncer et la lutte avance à grand pas au grand dam du régime au pouvoir.  Pour preuve, ils ont récemment réussi à investir le siège des médias publics, notamment la TVM et la RNM à Anosy et ont saisi la justice après les échauffourées qui ont eu lieu à Analakely.

De son côté, le régime en place tient à temporiser le jeu vu que le camp adverse continue de gagner du terrain, surtout dans la capitale. La grande marche des syndicalistes n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Ils ont surtout mis l’accent sur l’augmentation du salaire des fonctionnaires et l’emploi décent pendant la célébration de la journée internationale du travail, hier dans les rues d’Analakely.

A ce stade, il ne manque plus que l’intervention de ladite communauté internationale dans ce scénario. Une impression de déjà vu pour plus d’un Malgache qui a été témoin d’une crise politique perpétuelle depuis des décennies. Et ce, avant même la proclamation de l’indépendance de Madagascar qui n’a presque pas connu un changement de régime par voie pacifique.

Rojo N.

Les commentaires sont fermées.