Flash
Préc Suiv

Rapport de… forces

Rapport de… forces

Constat est fait actuellement sur la logique de l’illogisme au niveau de l’appareil étatique. Tout va à vau-l’eau dans la manière de gérer et d’administrer au gré des humeurs de ceux qui dirigent dans le sens de leurs intérêts personnels.

Si les textes en vigueur ont toujours exigé des parlementaires leur redevabilité par la tenue de rapports périodiques à l’endroit de la population, la situation actuelle a obligé le régime à inverser la tendance en les empêchant de s’acquitter de leur devoir. Une pratique à effet de boomerang toutefois puisque la masse, mal informée, devenue malléable et difficilement maîtrisable constitue un vivier mis à la portée des manipulateurs qui ne sont pas forcément des hommes ayant prêté allégeance au régime. Franchissant le Rubicond, les décideurs politiques détenteurs du pouvoir, étant aux abois, vu le succès remporté par le camp d’en face, tirent sur tout ce qui bouge… Les leaders politiques adverses sont pratiquement isolés et interdits de sorties publiques, les opposants sont baillonnés en plus des prises de mesures particulières à l’encontre d’une  certaine mission chrétienne qui s’est montrée insoumise aux valets du pouvoir.

Les dés sont jetés, pourtant rien ne va plus. La population a déjà misé sur leur favori que toutes les tentatives désespérées pour s’accrocher au pouvoir risquent de tomber à plat suite au ras-le-bol généralisé des victimes du régime. Les liquidités jetées à tour de bras aux malabars des quartiers populeux de la capitale n’auront servi qu’à approvisionner les éventuels mouvements adverses servis par ces bénéficiaires, le moment venu.

 Le rapport des députés va basculer dans un rapport de forces si les autorités persistent encore dans leur dessein de priver les citoyens de leur droit fondamental, tel que stipulé dans la Constitution.

Manou

Les commentaires sont fermées.