Flash
Préc Suiv

Religion catholique : béatification de Lucien Botovasoa

Religion catholique  : béatification de Lucien Botovasoa

La béatification de Ramose Lucien Botovasoa s’est déroulée hier  à Vohipeno. Il a été décapité au village d’Ambohimanarivo le mois d’avril 1947, en haine de la foi catholique. Le Saint siège a reconnu son martyr le 2 mai 2017.

Sous la présidence du cardinal Maurice Piat, évêque du diocèse de Port-Louis de l’île Maurice, en remplacement d’Angelo Amato, le préfet de la congrégation pour les causes des saints, la béatification de Ramose Lucien Botovatsara s’est déroulée hier à Vohipeno. Il est ainsi le deuxième Malgache laïc béatifié après Victoire Rasoamanarivo, et le troisième si on prend en compte Frère Raphaël Louis Rafiringa.

L’Archevêque d’Antananarivo, Mgr Odon Razanakolona ainsi que tous les évêques à Madagascar et ceux des îles voisines, à l’instar des Comores et La Réunion, ont tous honoré de leur présence la cérémonie. Plusieurs personnalités politiques et invités de marque, à l’instar de l’ancien président de la Transition, Andry Nirina Rajoelina, ont été également vus sur place.

Un modèle de vie chrétienne

« Ramose Lucien Botovasoa est un modèle de vie chrétienne, dévoué à tous », selon Mgr Benjamin Ramaroson, actuellement  Archevêque d’Antsiranana, lors d’une interview accordée à une agence d’information du Saint siège en juin 2012. Excellent pédagogue, sportif, musicien et chanteur, il était toujours soucieux du bien être de ses élèves. Devenu plus tard directeur d’école, et sous l’influence d’un manuel de vie franciscaine pour les laïcs, il s’habille plus pauvrement, dans l’esprit franciscain.

Après la seconde guerre mondiale, un vent d’indépendance souffle sur les colonies françaises. L’administrateur français Dumont l’a invité à joindre le parti anti-indépendantiste. Une invitation à laquelle il a refusé. « Entrer en politique, cela finira dans le sang », a-t-il prédit. D’un côté, considéré comme traître parce qu’il est l’ami des missionnaires français et qu’il propage leur religion, Ramose Lucien Botovasoa a été enlevé par des membres d’un groupe indépendantiste. Ces derniers l’ont battu avant de le décapiter le 17 avril 1947.

Sera R.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique