Flash
Préc Suiv

Patriotisme : Botovasoa devrait servir d’exemple

Patriotisme  : Botovasoa devrait servir d’exemple

La ferveur des fidèles catholiques a été au rendez-vous durant le week-end dernier à Vohipeno durant la béatification de Ramose Lucien Botovasoa. Présent lors de ce rendez-vous, l’ancien Président de la Transition Andry Rajoelina a loué l’exemplarité de cet homme.

C’est désormais écrit dans l’histoire. C’est l’un des messages de l’ancien président de la Transition Andry Rajoelina lors de sa prise de parole dans une église catholique de Vohipeno, samedi dernier à propos de Lucien Botovasoa. A l’instar de nombreux fidèle de confession catholique, il n’a pas manqué cet évènement d’une importance capitale. Arrivé à la veille de la béatification de Ramose Botovaso, l’ancien homme fort de la Transition lui a rendu un hommage appuyé lors d’un culte en l’honneur de ce martyr, samedi, auquel il a été convié.

Invité à prononcer quelques mots pour l’occasion, Andry Rajoelina a salué le courage de cette personnalité. « Beaucoup de jeunes sont prêts à lui emboîter le pas», a-t-il fait savoir devant des nombreux fidèles catholiques. Une déclaration qui pourrait être une réponse aux interrogations des évêques qui, dans un message adressé aux fidèles catholiques en novembre 2017, s’est demandé si « De nos jours, trouverons-nous encore des Malgaches (de seulement 39 ans) prêts à être témoins de la vérité jusqu’à donner leur vie pour l’amour de leur pays ? ». 

A cette occasion, les évêques malgaches ont aussi appelé leurs concitoyens à s’inspirer de l’exemple de Lucien Botovasoa pour enrayer la corruption, le règne du dieu argent, le mensonge et la démagogie qui minent leur pays. La réalité de ces derniers temps, notamment au niveau de la Chambre basse, a confirmé l’appel des évêques, tombe à pic. L’exemple de Ramose Lucien Botovasoa devrait être suivi et il semble que ce ne sont pas ceux y aspirent qui font défaut.

Respect des valeurs humaines

Il faut se rappeler que, dans d’autres domaines, l’ancien président de la Transition a lui aussi réussi à se lever contre les dérives et le non respect des valeurs humaines. Il a d’ailleurs continué à faire de cette lutte son credo et tout porte à croire que, jusqu’ici, il n’a pas encore changé. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il dispose toujours d’une aura immense auprès de ses compatriotes. D’ailleurs, pour en revenir au culte du samedi, l’invitation à l’endroit de l’ancien président de la Transition n’était pas le fruit du hasard, et pour cause, le couple Rajoelina a contribué à la reconstruction de  l’église de Vohipeno suite à une demande du comité en charge de cette mission. Le soutien a été d’ailleurs salué par les responsables et les fidèles locaux de l’église catholique. A cet effet, lors de son discours, il a par aussi annoncé qu’il continuera à soutenir les démarches visant à embellir encore plus le temple.

En tout cas, à Vohipeno, il a été accueilli à bras ouvert par la population.  Comme en témoigne la liesse populaire lors de son accueil à l’arrivée mais aussi durant la grande marche qu’il a effectué dans la ville en compagnie de l’évêque d’Antsiranana,  Benjamin Ramaroson. Cela a été fait pour visiter aussi les lieux où le martyr Botovasoa a été tué jusqu’à l’endroit où il était inhumé. A cette occasion, des personnalités telles que  Yvette Sylla ou encore des élus comme Christine Razanamahasoa et Brunel Razafintsiandraofa ont accompagné l’ancien président de la Transition.

Pas de déclaration politique

Outre la présence des ténors de l’église catholique de Madagascar et aussi de l’Ile Maurice, l’arrivée sur les lieux des acteurs politiques a marqué aussi la béatification de Lucien Botovasoa. Les anciens Chefs de l’Etat dont Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina, mais aussi l’actuel locataire d’Iavoloha, Hery Rajaonarimampianina, ont honoré de leur présence

l’évènement. A travers des règles protocolaires particulièrement étudiées, les trois personnalités n’ont pour autant pas eu une occasion de se croiser. Les observateurs ont en tout cas noté qu’aucun représentant étatique n’a eu droit à la parole, même le Chef de l’Etat, dont la délégation massive a été aperçue. Plusieurs membres du gouvernement, accompagnés par des élus dans la partie sud-est de l’île, se sont aussi déplacés à Vohipeno, hier. Sauf que personne n’a pas eu droit à la parole même si au niveau du pouvoir on attendait une occasion de faire une allocution.

La consigne a été en effet claire de la part des responsables de l’église catholique qu’il s’agissait d’un rendez-vous à une cérémonie de béatification.

Les commentaires sont fermées.