Flash
Préc Suiv

Vis-à-vis de la HCC : Hajo Andrianainarivelo attend l’application de la loi

Vis-à-vis de la HCC  : Hajo Andrianainarivelo attend l’application de la loi

Après l’adoption des lois électorales par les deux chambres du Parlement, la HCC se trouve désormais au centre de toutes les attentions. Les acteurs attendent l’application stricto sensu de la loi, comme Hajo Andrianainarivelo, l’invité de l’émission «Ambarao» sur la radio Alliance 92 hier.

«Qu’est ce que vous attendez de la Haute cour constitutionnelle (HCC) ?», a été l’une des questions qu’a posées le journaliste de l’Alliance 92 au président de Malagasy miara-mianga (MMM), membre actif de l’opposition. Sa réponse a été claire, limpide et directe. «Nous attendons de la HCC qu’elle applique la loi. C’est tout».

Et faire appliquer la loi signifie qu’il est primordial de revoir et de relever les diverses lacunes constatées dans  les textes électoraux et qui ont fait l’objet de vives interpellations des élus de l’opposition à l’heure actuelle, mais en vain. Et pour cause, le rouleau compresseur du régime, accompagné d’une forte suspicion de corruption est passé en force auprès de la Chambre basse.

En tout cas, les regards des observateurs se tournent aujourd’hui vers les Hauts conseillers d’Ambohidahy afin de statuer sur ces textes même si les appréhensions sont toujours là. En effet, le fameux «pacte de responsabilité» prévu dans la décision N° 24-HCC/D3 du 12 juin 2015 après la mise en accusation en vue de la déchéance du président de la République reste encore dans les mémoires.

«Après le refus de la déchéance du président de la République. Est-ce qu’il a pris ses responsabilités pour le bien-être des Malgaches et pour la conduite des affaires de l’Etat ?», s’est  interrogé Hajo Andrianainarivelo.

Corruption de haut niveau

L’ancien vice-premier ministre a d’ailleurs ironisé le fait que le président aurait effectivement pris ses responsabilités, mais en matière de consolidation de la corruption. «Aujourd’hui, cela va de plus haut sommet de l’Etat à l’Assemblée nationale», a-t-il indiqué, en ajoutant que «ce  régime a érigé la corruption comme mode de gouvernance».

A ce sujet, Hajo Andrianainarivelo, faisait d’ailleurs une référence à un membre du gouvernement interpellé par le Bianco pour corruption ou encore une proche conseillère du couple présidentiel impliquée dans la même affaire, tandis que d’autres personnalités sont encore auditionnées par le Bianco. Et lui de s’interroger, «Où est- ce qu’il n’y a pas de corruption dans ce pays ?».

A entendre les déclarations du numéro un du MMM, du reste, Madagascar ne devrait pas rater le coche de la dynamique de bonne gouvernance qui souffle sur la scène mondiale actuellement.

«A notre époque, à notre siècle, il n’est plus possible de vivre avec la corruption ou de faire progresser un pays avec. Malheureusement, c’est ce que nous vivons à Madagascar. Nous avons un pays où toutes les institutions sont corrompues», a-t-il fait savoir, tout en ajoutant que «Nous allons rater une dynamique mondiale qui s’inscrit vers une moralisation de gestion publique (…) si jamais ce régime reste encore là après les élections».

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.