Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans

Police administrative et judiciaire, une injustice à réparer

Il est question en ce moment d’augmenter le traitement du personnel de la Police.

Ce service est le plus pénible et le plus dangereux de tous et son personnel est cependant le moins rétribué.

Les inspecteurs sont surtout les moins bien payés.

Ils débutent aux appointement de 250 frs par mois et n’ont d’avancement, et par conséquent d’augmentation de solde, qu’au bout de deux, trois et même quatre ans, et encore, par rang d’ancienneté et au choix.

Cependant ils sont presque tous d’anciens serviteurs de la France, ayant passé les plus belles années de leur vie à conquérir ou à pacifier des colonies le plus souvent malsaines.

C’est à eux que la France doit le magnifique Empire Colonial qu’elle possède, et qui rend en ce moment tant de services à la Mère Patrie.

Donc nous espérons que l’augmentation qu’on va accorder à ces serviteurs de la nation sera assez grande pour les faire sortir, eux et leurs familles, par ces temps de vie chère, de la misère où ils se trouvent en ce moment.

Une histoire de sandales en cuir

On raconte que tous les tirailleurs malgaches en sont pourvus ; le port en est rendu obligatoire.

Pourquoi cette mesure ? D’aucuns disent que c’est pour leur protéger la plante des pieds, quoique les bourjanes qui fournissent de longues étapes le fassent sans chaussures d’aucune nature et n’en soient nullement gênés pour cela. D’autres prétendent que c’est pour épuiser un stock qui se trouve en magasin, ce qui est plutôt invraisemblable ; enfin, il y en a qui affirment que ce n’est là qu’un préliminaire ; on veut finir par leur faire porter des souliers et pour les y habituer on commence par des sandales. Si c’est vraiment pour cela, j’estime qu’il vaut mieux remettre cette décision à plus tard, car les miaramila sont plutôt gênés de sentir à leurs pieds ce poids auquel ils n’étaient pas habitués ; si bien qu’au bout d’une longue étape, ils finissent presque tous par les porter sur le dos à l’instar des pèlerins de Rome et de Jérusalem. Il vaut mieux qu’on laisse les tirailleurs nu-pieds ; ils s’en ressentiront mieux, et surtout ce sera plus économique.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.