Flash
Préc Suiv

Préventions des conflits : lancement du Projet PEV Madagascar

Préventions des conflits  : lancement du Projet PEV Madagascar

La société civile à l’honneur à travers le nouveau projet d’appui à la gestion de crise financé par l’Union européenne.

«Les indicateurs socio-économiques se sont détériorés, les institutions se sont affaiblies mais les élections seront une opportunité de sortir définitivement de ce cycle de crise depuis l’indépendance de Madagascar», a indiqué l’ambassadeur de l’UE à Madagascar, Antonio Sanchez Benedito, hier à l’hôtel Ibis Ankorondrano, durant le lancement du Projet d’appui à la prévention et la gestion de conflits et violences potentiels liés aux élections à Madagascar (PEV Madagascar).

L’objectif étant alors la mise en place d’un climat apaisé avant et après les élections, cela en priorisant  «les actions de dialogue et de collaboration multi-acteurs au cœur de toute démarche».

Violence politique électorale

En effet, la violence politique électorale a fait partie de l’histoire du pays depuis son indépendance jusqu’à présent et devrait être prévenue pour les élections à venir. «La violence peut se traduire sous la forme physique, psychologique et structurelle», a expliqué le Dr Juvence Ramasy, un des contributeurs au projet.

D’ailleurs, parmi les facteurs de violence figurent la faiblesse de l’Etat de droit, la désinformation mais également le tribalisme politique. Afin de prévenir tout conflit, le PEV Madagascar a émis quelques recommandations, à savoir le renforcement des capacités des acteurs et des médias, des actions de sensibilisation, la favorisation des cadres de dialogue mais également la coordination des actions de prévention.

Le projet, d’une durée de 20 mois (janvier 2018 à août 2019),  est financé par l’Union européenne à hauteur d’environ un million d’euros et mis en œuvre par le Centre européen d’appui électoral (Eces), en partenariat avec le KMF/Cnoe, Liberty 32, la Coalition des radios pour la consolidation de la paix, Communication Idea Development (CID) et l’association universitaire pour la promotion du genre (AUProG).

T.N

 

Les commentaires sont fermées.