Flash
Préc Suiv

Banque mondiale-election : Coralie Gevers : « Le financement est en jeu… »

Banque mondiale-election  : Coralie Gevers : « Le financement est en jeu… »

La Banque mondiale procède actuellement à la revue du portefeuille du pays, avec le Gouvernement, le secteur privé et autres parties prenantes. Mais le climat actuel relatif aux préparatifs des élections laisse planer un doute.

16 projets sont financés par la Banque mondiale à Madagascar en ce moment, dont le montant s’élève à 838 millions de dollars. Quatre d’entre eux ont été annoncés lors de la Conférence des bailleurs et des investisseurs (CBI), tenue à Paris, en décembre 2016.

Le taux de décaissement du financement de la Banque mondiale à Madagascar est de 37%. Sur ce point, cette institution a avancé un constat positif sur la gestion des projets à Madagascar. Celle-ci n’a pourtant pas épargné ses doutes par rapport à l’élection prévue cette année.

«On espère que l’élection se déroulera paisiblement  et conformément à la constitution. Car non seulement le financement de la Banque mondiale est en jeu, mais aussi et surtout l’avenir du pays», a avancé Coralie Gevers, le country manager de la Banque mondiale à Madagascar, à l’occasion de la réunion pour la revue du portefeuille de la Banque mondiale à Madagascar, hier, au siège de l’institution à Anosy.

Celle-ci de poursuivre qu’ «il faut une décennie de  stabilité pour réduire la pauvreté à Madagascar. Ce qui est indispensable pour pérenniser les services de base envers la population. On espère que cette fin d’année se déroulera bien ». La responsable a toutefois précisé que la Banque mondiale continuera ses engagements envers Madagascar, même en temps de crise. Seulement, l’approche de l’institution sera redirigée vers le développement humain et les actions sociales.

Un taux de décaissement à 37%

Avec près de 372 millions de dollars de fonds décaissés à Madagascar, le taux de décaissement du financement de la Banque mondiale est de 37 % avec une moyenne d’âge des projets de 1,7 an. «La réalisation est dans les temps», a souligné Coralie Gevers.

Concernant les engagements de 1,3 milliard de dollars annoncés par la banque à la CBI, 1 milliard de dollars viennent de l’Association internationale de développement (Ida) et 300 millions de dollars de la Société financière internationale (SFI), visant à appuyer le secteur privé.

«La SFI a déjà fait près de 200 millions de dollars dans les engagements auprès du secteur privé et sur le milliard annoncé par la Banque mondiale, on doit approcher les 600 millions sur moins de deux ans», a expliqué le country manager de la Banque mondiale.

A noter également que le financement de l’institution à Madagascar a quadruplé depuis 2014. La Banque mondiale a apporté un financement de 110 millions de dollars à la Grande île en 2014. Et celui-ci s’élève à 400 millions de dollars cette année.

Riana R.

Les commentaires sont fermées.