Flash
Préc Suiv

Chronique : la nature a horreur du vide

Une fois parvenus au pouvoir ceux qui ne s’y sont pas préparés (et bien d’autres) manifestent une tendance à vouloir abuser de leur autorité pour étendre le champ de leur pouvoir. Le cadre de l’exercice du pouvoir assure des limites aux dérives de cet ordre. En ce qui concerne la conduite des affaires publiques, seul l’Etat dans toutes ses structures peut constituer un garant pour que les acteurs quels que soient le rang et le niveau où ils se situent n’outrepassent pas les règles. Dans l’absolu ce rôle de l’Etat suppose un automatisme bien réglé de son fonctionnement pour actionner chaque organe dans la fonction qui lui incombe. Ainsi les poursuites judiciaires se déclenchent automatiquement dès le constat d’un fait anormal dont on suspecte une commission d’infraction comme cause. Cet exemple pour illustrer l’automatisme du fonctionnement de l’Etat. Dans un système républicain l’équilibre des pouvoirs se trouve être l’un des pivots pour assurer la bonne marche du mécanisme, un bon fonctionnement d’où l’Etat tire sa force et sa puissance. A l’expérience, au moins dans le pays, on s’aperçoit que la toute-puissance de l’Etat embarrasse les détenteurs du pouvoir, aussi nombre de ceux qui se sont succédé, n’ont eu de cesse à donner des coups de butoir à l’organisation de l’Etat. Il n’y a pas que les constitutions à ne pas y avoir résisté, l’Etat lui-même s’est affaibli et le pays s’en trouve malade. La population pour avoir subi les conséquences en a vécu les affres. La dictature n’est pas pour elle une simple création d’esprit, de dictateur et d’apprenti-despote elle a souffert du joug.

On ne saurait dire que ces satrapes possédaient nécessairement un Adn de dictateur ce qui est sûr c’est que l’occasion en a fait des larrons. Lorsque le mécanisme de fonctionnement qui caractérise l’Etat républicain se grippe, mécaniquement la personne au pouvoir prend la dérive pour renforcer son pouvoir. Il existe pourtant encore quelques politiciens qui militent pour un pouvoir fort. De dictateur ils n’en ont peut-être pas l’Adn mais en manifestent la vocation.

Léo Raz

Les commentaires sont fermées.