Flash
Préc Suiv

« Capitale » risque

« Capitale » risque

Quand le régime au pouvoir met le grappin sur la Commune sous la férule d’un parti opposant et que le chef de l’Etat estropie le rôle du premier magistrat de la ville dans un climat houleux et explosif, il ne faut pas chercher plus loin les raisons. La présidentielle approche à grands pas.

Durant toutes les élections précédentes, du temps de la deuxième république jusqu’à maintenant, la voix des Tananariviens reste toujours capitale. Et gagner le cœur et la raison des électeurs de la ville des Mille n’attend pas le début de la campagne ni la précampagne, notamment pour le régime au pouvoir. Pas de frontière ni de juridiction, le simple moyen pour y parvenir, à constater les agissements de l’Etat, c’est de marginaliser le rôle de maire

Le nouvel espace autour du Lac Anosy, faisant office d’aire de repos et de jeux, vient d’être inauguré par le chef de l’Etat. A l’entendre, d’autres aménagements du même genre seront encore entrepris dans la capitale sous couvert du projet présidentiel et ce en toute logique, au grand dam de la Commune urbaine d’Antananarivo.

Et pour ce faire, le chemin le plus court est d’empiéter sur le domaine de la commune, sans crier gare. Comme seule justification et en réponse aux différentes critiques, toute intervention quel que soit la forme se fait au nom du projet présidentiel. Une autre démarche périlleuse sans aucune garantie de résultat dans les urnes, de défier le Tim dans son fief.

Redorer l’image de la Capitale est une chose. D’ailleurs, tout le monde a le droit de lancer un clin d’œil à la population tananarivienne en cette année électorale, mais marcher sur les plates-bandes de la commune et de la priver de tous les moyens tout en l’empêchant d’agir en est une autre.

 «Il faut redorer le blason de la Capitale de Madagascar. Le président est là pour répondre à ces besoins et faire en sorte d’atteindre les objectifs», a scandé Hery Rajaonarimampianina.  Sous un autre angle, une série d’inaugurations à l’image d’une foire d’empoigne, certes sans la présence de Lalao Ravalomanana, se profile déjà à l’horizon.

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.