Flash
Préc Suiv

Laurent Ramaroson : Madagascar dans une situation chaotique

Laurent Ramaroson  : Madagascar dans une situation chaotique

Invité de l’émission hebdomadaire «Ambarao» sur Alliance 92 FM hier, Laurent Ramaroson du parti Malagasy miara miainga (MMM) n’y est pas allé par quatre chemins pour dresser un bilan dramatique de la situation qui prévaut actuellement au pays.

«Catastrophe». C’est le terme employé Laurent Ramaroson pour résumer la situation politique, économique et sociale à Madagascar. «C’est la faillite totale. On a l’impression de vivre dans un monde chaotique, c’est le chaos social. Il n’y a plus de vie qui tienne et on ne parle même pas de qualité de vie. Les Malgaches sont en phase de survie actuellement», a-t-il déclaré.

Et ce chaos se ressent dans tous les secteurs, les institutions et même le système judiciaire qui bat de l’aile actuellement. Pour ce leader politique, le conflit actuel au sein de la Justice n’est qu’une partie émergée de l’iceberg au niveau de l’Exécutif. «C’est la manifestation de la non séparation du pouvoir. C’est le délabrement total à Madagascar», a-t-il ajouté.

Laurent Ramaroson pointe du doigt par exemple l’insécurité grandissante au pays. La série de kidnappings qui asphyxie les opérateurs économiques et qu’aucune mesure n’ait été prise pour l’éradiquer. «C’est normal si les opérateurs se chargent eux-mêmes de leur propre sécurité car le régime ne peut plus assurer la sécurité des citoyens et de leurs biens», a-t-il déploré.

Distorsion

Allant plus loin dans son analyse, Laurent Ramaroson a parlé d’une distorsion entre l’Exécutif et le Législatif.

«…et pour preuve, les 12 projets de loi qui ont été soumis pour adoption lors de la session extraordinaire ont déjà tous été adoptés lors de la session ordinaire l’année dernière. Toutefois, lorsque ces 12 textes ont été soumis à la HCC pour contrôle de conformité à la Constitution, certains articles ont été non conformes, selon la Haute cour constitutionnelle (HCC). Pourtant, certains membres du sénat ne sont pas novices en la matière, étant donné qu’il fut un temps où un sénateur actuel a été même président de la HCC», a  déploré Laurent Ramaroson.

Il se demande «Pour quelles raisons ces lois n’ont pas été déclarées conformes à la Constitution par la HCC ?  On n’arrive plus à cacher les distorsions internes».

Punition

Pour ce leader au sein du MMM, «Il y aura une élection et ce sera une sorte de sanction pour ce régime, soit une récompense soit une punition. Et je pencherai plus tôt pour la punition». D’après lui, le citoyen commence à prendre conscience de la gravité de la situation. Et des politiciens proches de ce régime commencent à quitter le navire.

Rakoto

Les commentaires sont fermées.