Flash
Préc Suiv

Alerte rouge insécurité

Alerte rouge insécurité

De jour comme de nuit, le sentiment d’insécurité est grandissant aussi bien en milieu urbain que rural, dans le pays. Il ne se passe pas un seul instant sans que nous entendions parler d’actes de banditisme, de cambriolages, de meurtres, de trafics en tout genre à la radio, à la télé, dans la presse et surtout sur les réseaux sociaux. Et personne n’est à l’abri et pas de quartier.

Récemment, un militaire a été décapité à Ambohijanaka, un réseau de trafic d’enfants a été démantelé à Toamasina, une énième tentative de kidnapping, heureusement avortée s’est produite à Isoraka. Et la liste est loin d’être exhaustive. Aux arrêts de transport public et aux marchés, les pickpokects et les voleurs à la tire explosent et parfois avec violence et une brutalité inouïe. Téléphones portables, portefeuilles, bijoux… sont les objets de convoitise des malfaiteurs.

Le phénomène d’insécurité qui n’est pas propre à notre société, il faut le reconnaître, bat son plein. Maintenant, et c’est un fait très inquiétant, le rapt de personnes tend à se décentraliser. Incroyable mais vrai, à défaut de zébus à dérober dans certaines localités rurales et attirés par l’appât du gain, les Dahalo se mettent aussi dans le kidnapping.

La population vit dans un climat de peur permanente car l’Etat semble être incapable de protéger sa vie et ses biens. Et, il y a de quoi  s’inquiéter quand les cerveaux d’un réseau de trafiquants d’armes dans la région Haute Matsiatra ne sont autres que des gendarmes responsables du dépôt d’armes au sein de l’Ecole de la gendarmerie d’Ambositra. Pointé du doigt face à ses responsabilités, le régime est totalement dépassé par cette recrudescence de l’insécurité.

Les  actions menées par le «Task force», mis en place pour freiner ce fléau, sont à l’heure actuelle impalpables. C’est pourquoi, ce 15 mars, à travers une grande mobilisation au niveau national, toute personne  en colère et qui en a ras-le-bol de l’insécurité est appelée à faire des bruits retentissants avec les moyens du bord : casserole, sifflet, klaxons, cloche d’église. L’objectif est d’interpeller encore et toujours les autorités face à cette alerte rouge insécurité.

JR.

 

Les commentaires sont fermées.