Flash
Préc Suiv

La voix du peuple

La voix du peuple

Le régime devient de plus en plus susceptible aux critiques formulées à son endroit  alors que la grogne fuse de partout. Sur les réseaux sociaux,  le contexte actuel fait couler beaucoup d’encre et suscite des attaques virulentes de la part des internautes aussi bien politiques que simples citoyens. L’émergence présidentielle est déjà submergée par des vagues d’impressions négatives. Se donnez rendez-vous en 2030 en partant d’un présent  de la croix et de la bannière, c’est vraiment rouler quelqu’un dans la farine.

Dans les bureaux comme dans les transports publics, mine de rien, la conversation est rapidement engagée autour des gros titres d’actualité touchant de près la vie de la nation et de la population en général. Dans l’ensemble, les dirigeants sont accablés et rendus responsables de tous les maux. Et encore…à la radio, quand les auditeurs ont la parole lors des émissions en directe, les mêmes tons sont toujours martelés. Le régime actuel est loin de gagner la bataille de l’opinion publique en ce début d’année électorale.

L’insécurité, l’inflation, la pauvreté, les élections, la Jiramarre…les sujets illustrant la galère des Malgaches,  leur frustration et déception ne manquent pas pour pointer du doigt l’Etat.

Où sont les dirigeants, s’indignent les uns, privés d’électricité durant des jours ? Sont-ils vraiment à l’écoute de la population? ironisent les autres, face à l’insécurité galopante. Il suffit de faire le tour des ondes de la capitale pour entendre les plaintes, les condamnations, les appels de détresse des gens qui se sentent laisser pour compte tout au long du mandat de ce régime.  Aucun point positif que des inquiétudes et des incertitudes à l’unisson.

A vrai dire, ce ne sont pas les électeurs qui affichent leur réticence par rapport au processus électoral. Mais c’est l’Etat lui-même. La peur du verdict des urnes. La vox populi.

JR.

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique